SENELEC et ADIE decident de mutualiser leurs infrastructures réseau
APS
SENEGAL-ENERGIE-TELECOMMUNICATIONS

SENELEC et ADIE decident de mutualiser leurs infrastructures réseau


Dakar, 27 déc (APS) - La SENELEC, société nationale d’électricité du Sénégal a signé mardi avec l’Agence de l’informatique de l’Etat (ADIE), une convention par le biais de laquelle les deux parties comptent mutualiser leurs infrastructures réseau et télécommunications.


 


"L’ADIE, tout comme la SENELEC, disposent, l’une et l’autre, d’un réseau de fibre optique maillant tout le territoire national, un réseau qui pourra être utilisé pour secourir, en cas de besoin, nos liaisons respectives et parmi tant d’autres", a souligné le directeur général de l’ADIE, Cheikh Bakhoum. 


 


De cette manière, l’ADIE va accorder "un accompagnement multiforme à la SENELEC, notamment dans le domaine de l’hébergement, de l’ingénieurie et de la formation (…), en vue du renforcement et de la sécurisation de leurs systèmes d’information et applications (...)’’.


 


Cela devrait passer par "la fourniture de certificats, de signatures électroniques, entre autres", a poursuivi le DG de l’ADIE. 


 


 


Mouhamadou Makhtar Cissé, son homologue de la SENELEC, relève lui que les deux structures "partagent les mêmes objectifs de service public". 


 


"Il est normal de trouver des synergies qui permettent d’optimiser nos moyens, surtout au niveau infrastructures, pour permettre de rationnaliser nos coûts et avoir des gains d’efficacité", a-t-il soutenu.


 


La SENELEC "utilise l’informatique dans toute sa chaîne de valeur allant de la production d’énergie à sa commercialisation et sa distribution mais aussi au niveau de la gestion de son système électrique", a rappelé Mouhamadou Makhtar Cissé. 


 


Selon M. Cissé, "il n’y a pas d’électricité sans informatique et pas d’informatique sans énergie, le lien est évident et la complémentarité existe", sans compter que les fibres optiques de la SENELEC "peuvent aussi transporter des données. 


 


Au total, "tant que le taux de pénétration et d’utilisation de l’informatique ne sera pas optimale, nous ne pourrons pas parler d’émergence dans le pays", a poursuivi le DG de la SENELEC, appelant ses agents à collaborer avec l’ADIE "pour une synergie des efforts".


 


MF/BK