Atteinte des ODD : un officiel de l’ONU souligne la part de l’Internet haut débit
APS
MONDE-TIC-DEVELOPPEMEBT

Atteinte des ODD : un officiel de l’ONU souligne la part de l’Internet haut débit

Dakar, 28 fév (APS) - L’accès à l’Internet haut débit relève d’une problématique transversale "indispensable" à l’atteinte des Objectifs de développement durable (ODD), a souligné, mardi, à Dakar, Gyan Chandra Acharya, secrétaire général adjoint des Nations unies, haut représentant pour les pays les moins développés.
 
"Pour atteindre la sécurité alimentaire, éradiquer la pauvreté, empêcher les pertes causées par des désastres, donner aux femmes et filles les moyens de se prendre en charge et même pour une croissance économique durable et inclusive, l’accès au haut débit est une question transversale qui est indispensable pour atteindre les ODD (Objectifs de développement durable)’’, a-t-il déclaré.
 
"Dans un monde connecté, les technologies de l’information et de la communication sont essentielles pour permettre aux individus et aux entreprises de participer dans l’économie du savoir’" a-t-il avancé.
 
Gyan Chandra Acharya, également en charge à l’ONU des pays en développement sans littoral et des petits Etats insulaires en développement, participait à un atelier de réflexion sur le thème ’’Accélérer la mise en œuvre du Programme d’action d’Istanbul dans le contexte du Programme de développement durable à l’horizon 2030 : un accent sur la connectivité à la large bande".
 
Cette rencontre prévue pour deux jours, est organisée par le gouvernement du Sénégal, en collaboration avec le Bureau du haut représentant des Nations unies pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral et les petits États insulaires en développement (UN-OHRLLS).
 
Elle "vient répondre à une préoccupation majeure commune à la quasi-totalité des pays africains membres du groupe des PMA, à savoir le développement du numérique et l’accélération de la mise en œuvre du Plan d’action d’Istanbul dans un contexte de réalisation des Objectifs de développement durable (ODD)’’, a souligné le ministre délégué sénégalais en charge du Budget, Birima Mangara.
 
Il a rappelé qu’en tirant "les leçons des manquements enregistrés dans la mise en œuvre des trois précédents programmes décennaux consacrés aux PMA", la communauté internationale, sous l’égide des Nations unies, avait "décidé de se donner les moyens d’arriver à de meilleurs résultats en adoptant, en mai 2011 à Istanbul, en Turquie, le quatrième Programme d’action en faveur des PMA qui couvre la décennie 2011-2020".
 
Il est ainsi attendu des réflexions et expériences issues de cette rencontre, qu’elles puissent dégager "les voies et moyens permettant de tirer profit des investissements dans les infrastructures de haut débit, en vue du développement de l’économie numérique’’, a indiqué M. Mangara.
 
Cette réunion régionale de Dakar devrait servir de plateforme pour un partage d’expériences sur la manière dont les pays africains intègre les différents programmes de développement globaux dans leurs processus de planification stratégique nationale.
 
Les participants à la rencontre sont par ailleurs appelés à discuter de la façon dont les pays africains peuvent attirer des investissements dans ce domaine et tirer profit des avantages liés à la large bande.
 
Les organisateurs de la rencontre disent partir du principe selon lequel "le développement durable dans les pays les plus pauvres de l’Afrique doit bénéficier davantage d’investissement dans l’infrastructure de l’Internet haut débit".
 
Elle réunit des représentants gouvernementaux des PMA de l’Afrique, des responsables de la société civile, du secteur privé ainsi que de hauts fonctionnaires de l’ONU.
 

MK/BK/MS