APS
AFRIQUE-TIC-PLAIDOYER

"Le numérique constitue une chance pour l’Afrique" (ministre)

Dakar, 28 fév (APS) – Le ministre délégué chargé du budget, Birima Mangara, a appelé, mardi à Dakar, les pays africains à saisir "les opportunités et les avantages" offerts par la transformation numérique pour accélérer leur développement socio-économique.
 
"La transformation numérique présente pour les PMA( les pays les moins avancés), une mine d’opportunités et d’avantages susceptibles de renforcer la croissance du secteur des TIC (Technologies de l’Information et de la Communication) et de stimuler le développement socio- économique de nos pays", a dit M. Mangara.
 
Il s’exprimait lors d’un atelier régional de réflexion sur le thème : "Accélérer la mise en œuvre du Programme d’action d’Istanbul (PAI) dans le contexte du Programme de développement durable à l’horizon 2030 : un accent sur la connectivité à la large bande".
 
"Il n’y a aucun autre groupe de pays qui bénéficierait plus des TIC que les PMA", a soutenu le ministre chargé du Budget, soulignant l’importance du développement et de la promotion de l’accès à l’internet dans l’amélioration des conditions de vie des populations 
 
M. Mangara a souligné la nécessité d’investir dans le haut débit. Il a rappelé que dans les pays développés, les taux d’accès aux larges bandes fixe et mobile se sont situés, en 2016, respectivement à 30 % et 90% , tandis que dans les PMA, au même moment, les abonnements au haut débit fixe et mobile ne représentaient, en moyenne que 0,8% et 19, 4% de la population.
 
Il a estimé que ces investissement pourraient contribuer considérablement à l’amélioration de la production et de la productivité, aussi bien au niveau des entreprises qu’au niveau agricole.
 
Il a également cité la création d’emplois, notamment dans la finance, l’éducation, la santé , l’agriculture et les infrastructures qui sont des secteurs particulièrement utilisateurs des TIC.
 
Prévu pour durer deux jours, l’atelier régional est organisé par le gouvernement du Sénégal, en collaboration avec le Bureau du Haut représentant des Nations unies pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral et les petits États insulaires en développement (UN-OHRLLS).
 
La rencontre réunit des représentants gouvernementaux des PMA d’Afrique et de la société civile, du secteur privé ainsi que de hauts fonctionnaires de l’ONU.
 
Le ministre délégué chargé du Budget a invité les "différents intervenants à aller au-delà des échanges d’expériences pour faire des recommandations concrètes en vue de créer les conditions d’accélération de la mise en œuvre des actions des agendas retenus et d’atteindre les objectifs dans les délais requis".

MK/ASB/ASG