Vers un plan de régulation de l’accès à la ressource halieutique, selon un spécialiste
APS
SENEGAL-PECHE

Vers un plan de régulation de l’accès à la ressource halieutique, selon un spécialiste

Foundiougne, 27 juil (APS) - Le gouvernement envisage la mise en œuvre d’un plan de régulation de l’accès à la ressource halieutique pour une maîtrise de la biomasse exploitée, a annoncé à Foundiougne, Djiby Thiam, chargé de la cogestion des pêcheries du programme régional des pêches en Afrique de l’Ouest (PRAO).


"Un plan de régulation de l’accès à la ressource, c’est outil suprême de gestion des pêches. Vous attendez parler de plan d’aménagement, de plans de gestion des pêcheries mais le but du jeu est de maîtriser la biomasse de la ressource exploitée", a-t-il dit. M. Thiam s’exprimait mardi au cours d’une réunion préparatoire du repos biologique sur la crevette côtière prévu du 1er août au 31 août.


Selon le spécialiste, "une exploitation doit être durable et pour atteindre cette durabilité, il va falloir réguler l’accès à cette ressource tout juste pour contrôler qui a droit à pêcher".

"La ressource halieutique est un patrimoine national confié à l’Etat et il lui revient de voir qui a droit à pêcher. C’est pourquoi le premier niveau d’accès, c’est le permis de pêche et celui qui ne l’a pas ne doit pas avoir accès aux ressources halieutiques", a précisé Djibril Thiam.

Mais, a poursuivi le spécialiste national, sur le plan biologique et considérant la dynamique des populations, "on peut établir des mesures qui permettent de réguler les niveaux d’accès aux pêcheries".

Pour ce faire, plusieurs études qui concernant des ressources partagées sont en cours. "La banque mondiale (BM) et le Sénégal sont vraiment engagés et dans la procédure de finalisation de la phase2 qui devra durer 5 ans", a-t-il fait remarquer.

"La première phase de ce programme était pour assurer la restauration de la ressource mais une fois que le poisson est revenu, l’objectif est de [le] valoriser. La deuxième phase va tendre vers la consolidation des acquis d’abord mais la valorisation de ces produits restaurés", a assuré Djibril Thiam.

A en croire le chargé de chargé de la cogestion des pêcheries dans le cadre du programme PRAO l’avantage de cette approche, c’est que le revenu des pêcheurs devra être amélioré pour le bien-être des acteurs de la pêche.

FD/PON