Vers le lancement du projet de mise en œuvre des Directives volontaires de la FAO pour une pêche artisanale durable (officiel)
APS
SENEGAL-PECHE-GOUVERNANCE

Vers le lancement du projet de mise en œuvre des Directives volontaires de la FAO pour une pêche artisanale durable (officiel)

Saint-Louis, 3 juin (APS) - Le Sénégal s’apprête à procéder au lancement officiel de son projet de mise en œuvre des Directives volontaires du Fonds des Nations-Unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO) pour une pêche artisanale durable, a annoncé son coordonnateur, El Hadji Abdoulaye Coumé de la Direction des pêches maritimes (DPM).
 
’’Nous allons bientôt lancer le projet de mise en œuvre de ces Directives qui sont considérées comme complément au code de conduite pour une pêche responsable de la FAO de 1995", a déclaré M. Coumé, également secrétaire du comité technique national dudit programme.
 
Il présentait aux professionnels des médias membres de l’Association des communicateurs en pêche des radios communautaires et journalistes généralistes (ACPRCG) le processus d’élaboration du plan d’action de mise en œuvre.
 
Ces derniers prennent part depuis mercredi à un atelier d’information et de sensibilisation sur ces Directives initié par la Confédération africaine des organisations professionnelles de la pêche artisanale (CAOPA), en partenariat avec ce projet.
 
D’un coût de 148 330 000 de francs CFA, ce projet, qui va durer 18 mois dans sa mise en œuvre, impliquera toutes les parties prenantes, notamment les organisations professionnelles, la société civile, entre autres.
 
’’Les Directives volontaires donnent des orientations complémentaires concernant la pêche artisanale dans l’esprit des principes généraux et des dispositions de conduite de la FAO’’, a expliqué M. Coumé.
 
La mise en œuvre des Directives volontaires va favoriser aussi la visibilité, la reconnaissance et l’amélioration du rôle de la pêche artisanale et contribuer aux efforts consentis aux plans mondial et national pour éradiquer la faim et la pauvreté.
 
’’En travaillant à la mise en œuvre de cet instrument, nous voulons arriver à favoriser la résilience des écosystèmes à travers le renforcement et l’amélioration des habitats marins et côtiers’’, a ajouté El Hadji Abdoulaye Coumé.
 
Ce projet cherche à toucher, au moins, un million d’auditeurs susceptibles de s’approprier ces Directives à travers des émissions radiophoniques.
 
L’idée, c’est d’arriver, à mi-parcours du projet, à ce que au moins 50% des groupes vulnérables (jeunes et femmes) comprennent les enjeux des Directives et que 75% d’entre elles parviennent à juger la résilience des mesures d’appui aux organisations de femmes et de jeunes.
 
’’Un accent particulier sera mis sur l’approche genre dans le cadre de ce projet’’, a précisé M. Coumé.
 

ADE/AMD/MD