Toubacouta : des milliers de poissons et d’organismes aquatiques morts, le manque d’oxygène suspecté
APS
SENEGAL-PECHE

Toubacouta : des milliers de poissons et d’organismes aquatiques morts, le manque d’oxygène suspecté

Toubacouta 16 nov (APS) - Des milliers d’organismes aquatiques, dont beaucoup de poissons de la vallée Senghor (Toubacouta), et d’une unité d’aquaculture en cages flottantes du projet Go Wamer sont morts probablement par manque d’oxygène, ont révélé mercredi des techniciens du ministère de la Pêche et de l’Economie maritime.
 
Le chef de la Division production à l’Agence nationale d’aquaculture (ANA), Ahmadou Tidiane Camara, et le coordonnateur du projet ‘’Go Wamer’’, l’ingénieur Mamadou Thiam se sont rendus sur le terrain pour s’enquérir de l’ampleur du problème.
 
Sur le site, les deux hommes ont trouvé une scène désolante avec plusieurs poissons morts flottant à la surface des eaux de la vallée Senghor. 
En présence des populations du village de Santhie Béra regroupées en Groupement d’intérêt économique (GIE) pour l’exploitation de l’unité d’aquaculture en cages flottantes de la vallée, les deux techniciens ont fait des prélèvements dans les eaux en vue d’analyses plus approfondie en laboratoire. 
 
’’Aujourd’hui, nous sommes venus faire un examen préliminaire pour voir les causes de cette mortalité. On a mesuré le taux d’oxygène, les paramètres physico-chimiques de l’eau en attendant de faire des analyses exactes et approfondies au niveau de Dakar pour voir les causes exactes de ce problème’’, a déclaré le chef de la division production de l’ANA, Ahmadou Tidiane Camara.
 
 Il a indiqué que les résultats de l’examen préliminaire incriminent le taux d’oxygène des eaux. ‘’Donc, on suspecte un taux d’oxygène faible qui serait à l’origine de la mortalité de 8000 poissons rien qu’au niveau des cages flottantes du projet Go Wamer mais aussi des eaux de la vallée’’, a-t-il précisé.
 
 
Il a expliqué que le manque d’oxygène serait dû à un arrêt du renouvellement des eaux de la vallée. ’’Compte tenu de cette situation, nous allons prendre le temps de diagnostiquer toutes les causes de cette mortalité avant de continuer le projet avec un nouveau empoissonnement ’’, a ajouté M. Camara
 
’’C’est très douloureux de constater ces pertes en poissons, parce que nous avons en face des populations très engagées dans l’exploitation de cette unité d’élevage de poissons en cages flottantes’’, affirme le coordonnateur du Projet Go Wamer, Mamadou Thiam. 
 
Depuis le démarrage du projet en 2013, a-t-il indiqué, il n’a jamais connu ce problème de mortalité constaté dans les eaux de la vallée Senghor cette année.
 
L’unité d’aquaculture en cages flottantes de la vallée Senghor ‘’est une expérience réussie’’, a-t-il souligné, expliquant que ‘’c’est pourquoi le modèle est répliqué dans d’autres localités du département de Fatick comme à Simal’’.
 
’’Il prend fin en décembre 2017 et l’ANA, en tant que bras technique, va prendre le relais pour assister les populations de Santhié Béra’’, a-t-il ajouté. 
 
Le projet Go Wamer s’active dans la gouvernance, les politiques de gestion des ressources marines et la réduction de la pauvreté au Cap-Vert, en Gambie, en Mauritanie, en Guinée, en Guinée-Bissau et au Sénégal.


AB/ASG