Reconversion des pêcheurs : Alioune Ndoye évoque la piste de l’aquaculture
APS
SENEGAL-PECHE-PERSPECTIVES

Reconversion des pêcheurs : Alioune Ndoye évoque la piste de l’aquaculture

Dakar, 29 avr (APS) – Le gouvernement mise sur l’aquaculture en perspective de la future reconversion de certains acteurs du secteur de la pêche face à la rareté du poisson en haute mer, a annoncé le ministre de la Pêche et de l’Economie maritime, Alioune Ndoye.
 
’’Actuellement, dans le monde, 62% de la consommation en poisson, proviennent de l’aquaculture. Les acteurs du secteur doivent intégrer cette nouvelle donne dans leurs projections. C’est claire qu’il y aura une reconversion pour certains et nous ne devrons pas patienter pour courir après sur cette nouvelle donne. C’est pourquoi, nous avons aujourd’hui, une vision sur l’aquaculture que nous allons développer dans ce pays’’, a-t-il indiqué. 
 
Le ministre de la Pêche et de l’Economie maritime s’entretenait mardi soir à Ouakam, une commune de la capitale sénégalaise, avec des dignitaires et guides coutumiers de la communauté léboue, en présence de plusieurs acteurs du secteur.
 
M. Ndoye a dit à ces interlocuteurs qu’il prendra prochainement beaucoup plus de temps pour ’’échanger avec eux au détail’’ sur les questions du secteur de la pêche.
 
Il a invité, à cette occasion, les acteurs du secteur notamment de la pêche artisanale à tout faire pour réduire les pertes liées à cette activité qui représente le plus important taux de production. 
 
’’Cela va surtout dans l’intérêt des pêcheurs. Plus de 700.000 tonnes débarquées l’année dernière au Sénégal, proviennent de la pêche artisanale. La pêche industrielle ne dépasse pas les 20% de cette production’’, a-t-il fait savoir.
 
Le ministre de la Pêche et de l’Economie maritime a en outre assuré n’avoir pas attribué de licences de pêche à des bateaux chinois, ’’contrairement à certaines accusations’’.
 
Il a aussi assuré que les autorités surveillent de près la pêche industrielle et que le Sénégal dispose en la matière, d’une ’’législation sévère’’ en cas de violation de la loi.
 
’’Aujourd’hui, le Sénégal dispose d’un avion de surveillance. Je puis assurer que cette surveillance est de mise’’, a-t-il ajouté.
 
SG/OID/ASB