Prés de 130 000 tonnes de poissons débarquées à Joal-Fadiouth en 2018  (acteur)
APS
SENEGAL-ENVIRONNEMENT-PECHE

Prés de 130 000 tonnes de poissons débarquées à Joal-Fadiouth en 2018 (acteur)

Joal-Fadiouth (Mbour), 28 sept (APS) - Près de 130 000 tonnes de poissons ont été débarquées en 2018 au quai de pêche de Joal-Fadiouth, a révélé Abdou Karim Sall, président du comité de gestion de l’Aire marine protégée (AMP) de la localité.
 
"Joal-Fadiouth fait partie des zones les plus poissonneuses en Afrique de l’Ouest et ce n’est pas du hasard, parce que la mangrove joue un rôle sur l’écosystème", a-t-il notamment dit, précisant que la mangrove constitue une zone de ponte et de grossissement pour une vingtaine d’espèces halieutiques.
 
M. Sall a fait cette révélation vendredi lors du lancement officiel d’un projet régional pour le renforcement des écosystèmes de mangroves en Afrique de l’Ouest visant à verdir les économies des pays côtiers de la sous-région ouest-africaine. Initié par l’Union européenne (UE), pour un coût de 6 milliards de francs CFA, ce projet est prévu pour une durée de quatre ans.
 
"La mangrove joue un rôle de régulateur par rapport au taux de salinité ; si le taux de salinité dépasse 39%, on risque d’assister à la disparition de plusieurs espèces halieutiques comme les arches et les huitres", a prévenu Sall, également pêcheur. 
 
Si l’on en croit le capitaine Cheikh Diagne, conservateur de l’AMP de Joal-Fadiouth, le reboisement de la mangrove se situe dans une zone incontournable dans le processus de régénération de l’écosystème marin et côtier dégradé, 
 
"C’est pourquoi, d’ailleurs cette AMP de Joal-Fadiouth joue un rôle important du point de vue écologique, notamment pour le développement des pêches et des pêcheries", a-t-il expliqué. 
 
Selon lui, des études ont été faites montrant que c’est une activité "écologiquement viable, économiquement rentable et socialement acceptée". 

L’année derrière, renseigne le capitaine Cheikh Diagne, les ensemencements ont permis à chacune des 300 femmes de la localité de se retrouver avec une somme de 86 000 francs CFA dans une période de trente jours par rapport à l’ouverture du repos biologique.
 
"C’est une activité rentable qui contribue à l’amélioration des revenus des populations. La conservation est une opportunité pour les populations locales. C’est,en quelque sorte, un outil de développement, un repère pour la jeunesse", a-t-il fait valoir. 

ADE/ASB