Le projet Go Wamer veut pérenniser ses acquis dans la sous-région
APS
SENEGAL-AFRIQUE-PECHE

Le projet Go Wamer veut pérenniser ses acquis dans la sous-région

Dakar, 2 nov (APS) - La visite d’échanges organisée à Dakar a permis aux représentants de la demi-douzaine de pays ouest africains de partager leurs expériences sur la cogestion des ressources marines et côtières pour une pérennisation des résultats du projet Go Wamer, a constaté l’APS.

Le projet Go Wamer s’active dans la gouvernance, les politiques de gestion des ressources marines et la réduction de la pauvreté dans au Cap-Vert, en Gambie, en Mauritanie, en Guinée, en Guinée-Bissau et au Sénégal.

"Ces trois jours de rencontre permettront, d’identifier de bonnes pratiques pour une pérennisation des résultats du projet Go Wamer, de mutualiser les connaissances, de capitaliser les ressources mais aussi, de faire l’inventaire des initiatives de co-gestion des ressources marines et côtières" a dit, Moussa Mbengue, secrétaire exécutif de l’association ouest africaine pour le développement de la pêche artisanale ( ADEPA).

Il s’exprimait, au cours d’une visite d’échanges sur la co-gestion des ressources marines et côtières dans l’éco-région Wamer destinée à "croiser les expériences" d’acteurs issus de six pays de l’éco-région ouest africaine du projet Go Wamer.

"C’est une mission d’échanges et de capitalisation des bonnes pratiques de co-gestion des ressources marines et côtières, dans la zone Wamer" a dit le secrétaire exécutif de l’ADEPA.

Qui ajoute que "cette visite serait une bonne opportunité de partage d’expériences et de savoir-faire pour les acteurs de pays d’Afrique de l’Ouest de l’éco-région Wamer".

Après Dakar, les visiteurs sont attendus dans les sites de Joal, Ngaparou, et Cayar pour s’imprégner des pratiques de co gestion marines et côtières au Sénégal, a informé, Moussa Mbengue.

"Cette visite va déboucher sur une meilleure connaissance de la co gestion et une identification des ressources marines et côtières dans la zone Wamer, mais permettra aussi de mesurer les forces et faiblesses qui limitent le développement de cette co-gestion en vue de tirer, des recommandations pour la promotion de cette pratique de pêche" a expliqué le secrétaire exécutif.


SBS/PON