L’Etat va moderniser le secteur de la pêche pour booster l’émergence (ministre)
APS
SENEGAL-PECHE-VISION

L’Etat va moderniser le secteur de la pêche pour booster l’émergence (ministre)

Tambacounda, 10 déc (APS) - Le ministre de la Pêche et de l’Economie maritime, Oumar Guèye a fait état, samedi à Tambacounda, des instructions du chef de l’Etat, allant dans le sens de moderniser le secteur de la pêche pour booster l’émergence.
 
M. Guèye a noté que l’importance économique et sociale ainsi que le potentiel de croissance de la pêche lui vaut une "place privilégiée" dans le Plan Sénégal émergent (PSE), référentiel unique des politiques de développement économique et social.
 
Il s’exprimait lors d’une cérémonie de pose de la première pierre d’un marché au poisson dans la commune de Tambacounda.
 
"Le secteur de la pêche contribue à hauteur de 3,2% du PIB et joue un rôle clé dans la sécurité alimentaire, assurant près de 70% des apports en protéines d’origine animale, avec une consommation moyenne per capita de 29,9 kg et par an", a-t-il relevé.
 
La pêche maritime contribue de manière significative à l’équilibre de la balance commerciale du Sénégal avec 204,43 milliards de francs CFA en 2016, soit environ 15% des exportations, faisant du secteur le premier poste d’exportation du Sénégal, a poursuivi le ministre de la Pêche.
 
En ce qui les concerne la pêche continentale et l’aquaculture constituent des leviers importants dans la satisfaction de la demande en produits halieutiques et la création de revenus et d’emplois en milieu rural.
 
D’où le "rôle central" qui est assigné à la pêche dans le renforcement de la sécurité alimentaire ainsi que la création de richesses et d’emplois, dans le cadre du PSE.
 
"C’est cette importance de la pêche et sa place stratégique aux plans social et économique qui fondent les instructions (du) Président de la République visant à moderniser ce secteur pour booster l’émergence", a-t-il dit.
 
Son ambition pour le secteur plusieurs fois rappelée, et ses orientations portent, notamment, sur la modernisation des infrastructures de pêche, avec la construction de sept quais de débarquement modernes, ainsi que la réalisation de sept aires de transformation des produits halieutiques.
 
Ce processus de modernisation des infrastructures va se poursuivre avec la réalisation des quais de pêche de Mboro, Sendou, Ndagane Sambou, et de quatre autres aires de transformation à Cayar, Tann à Joal, Sendou, Ndangane Sambou
 
Le département de la Pêche et de l’Economie maritime prévoit aussi de construire 19 complexes frigorifiques, dont un à Bakel, dans sa phase 2 du Programme Froid. S’y ajoutera le complexe de Hann avec la coopération coréenne. 
 
Le président de la République a aussi mis en place une subvention globale de 20 milliards de francs CFA pour le renouvellement de 20.000 moteurs des embarcations de pêche artisanale, à raison d’un million de francs CFA par unité achetée.
 
Un autre chantier du ministère de la Pêche est le renforcement de la chaîne de froid par un maillage plus intense de l’ensemble du territoire national en complexes frigorifiques, tout comme le renouvellement du parc des camions frigorifiques devenu vétuste.
 
Le ministère de la Pêche a aussi reçu instruction de lutter contre la pêche illicite, de renforcer la sécurité en mer des pêcheurs artisans. Cela, notamment par la constitution d’un stock de 20.000 gilets, afin de favoriser l’accessibilité en termes de coût et de disponibilité de cet article. La mise en œuvre du programme de géolocalisation devrait aussi suivre dans cette optique.
 
Le tout doit s’accompagner d’une gestion durable des ressources grâce à la régulation de l’accès à travers l’immatriculation des pirogues et le permis de pêche, de même que l’intensification de l’investissement, en vue d’un développement accéléré de l’aquaculture.
 
 

ADI/PON