+++De l’envoyé spécial de l’APS : Assane Dème+++ justify;line-height:normal"> justify;line-height:normal"> (...)" />
La pêche contribue à la stabilité sociale (CAOPA)
APS
AFRIQUE-PECHE-DECLARATION

La pêche contribue à la stabilité sociale (CAOPA)


+++De l’envoyé spécial de l’APS  : Assane Dème+++


 


Lomé (Togo), 21 nov (APS) – La pêche artisanale améliore les recettes des pays africains, crée des richesses et aide à la résorption du chômage et à la sécurité alimentaire, ont analysé les membres de la Confédération africaine des organisations professionnelles de la pêche artisanale (CAOPA).


 


 


"La pêche occupe une place stratégique dans l’économie nationale des pays d’Afrique et la pêche artisanale constitue un secteur dominant dans l’ensemble de ces pays", lit-on dans une déclaration produite, lundi à Lomé (Togo), par la CAOPA à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de la pêche (JMP).

"Nous considérons que la réforme de la pêche et de
 l’aquaculture développée par l’Union africaine (UA) identifie comme un des objectifs essentiels pour le développement d’une pêche artisanale durable, par l’amélioration et le renforcement de la contribution de la pêche artisanale à la réduction de la pauvreté, à la sécurité alimentaire et nutritionnelle, et à l’amélioration des bénéfices socio-économiques pour les communautés de pêche", écrivent les responsables de la CAOPA.


Ils disent être persuadés que le développement durable de la pêche et de l’aquaculture en général, et de la pêche artisanale en particulier, ne peut se réaliser qu’avec "l’implication et la participation effective et raisonnée d’acteurs formés et bien informés, à travers des organisations fortes et bien structurées".


Toutefois, les membres de la Confédération ont aussi pointé du doigt les menaces sur l’exploitation des ressources halieutiques par la pêche artisanale africaine. Lesquelles menaces ont pour noms l’exploitation des fonds marins et des gisements pétroliers et gaziers, le tourisme de masse, l’intensification du trafic marin et par la pollution industrielle et domestique, entre autres.


Les militants de la CAOPA sont en outre préoccupés par les changements climatiques qui auront des conséquences sur l’avenir des activités de pêche artisanale, notamment par rapport à l’abondance et la distribution des poissons, en particulier les petits pélagiques dont dépendent les populations les plus défavorisées.


Ils ont souligné la vulnérabilité particulière des femmes, qui jouent un rôle central pour garantir la sécurité alimentaire des populations à travers leurs activités tout au long de la chaîne de valeur des produits de la pêche artisanale, en contribuant, de façon déterminante, au bien-être des familles et à l’éducation des enfants.


"Vu la proposition émise par la Conférence régionale de la FAO pour l’Amérique latine et les Caraïbes à la 32ème Session du Comité des pêches (COFI), de consacrer une +Année internationale de la pêche artisanale+, nous demandons à nos Etats de s’inscrire dans cette dynamique, de prendre les dispositions idoines pour que l’Afrique soit parmi les continents phares de cet évènement majeur, par le développement, de manière participative, de plans d’actions nationaux visant la mise en œuvre des Directives volontaires", ont-ils insisté.


Dans leur déclaration dite de "Lomé", les membres de la CAOPA ont également insisté sur la bonne gouvernance et la transparence au sein de leurs différentes organisations professionnelles, tout en sollicitant l’aide des communautés de pêche pour augmenter leur résilience face aux impacts du changement climatique.


 


ADE/PON