Pêche : les Etats membres tardent à appliquer les directives de l’UEMOA
APS
SENEGAL-UEMOA-INTEGRATION

Pêche : les Etats membres tardent à appliquer les directives de l’UEMOA

Saly-Portudal, 7 mars (APS) – La Commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) a jugé "faible" le niveau de transposition des directives communautaires relatives à la pêche dans les législations nationales des Etats membres de cette organisation.

 
Le taux de transposition des directives de l’UEMOA relatives à la pêche, dans les huit pays membres, était de 27% en 2012, a indiqué, mardi, à Saly-Portudal (ouest), le représentant au Sénégal de cette organisation d’intégration, Dossolo Diarra.
 
Ce constat emmène la Commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine à vouloir apporter "un appui technique" aux Etats, afin d’assurer une transposition correcte de ces directives dans les législations nationales de pêche, a expliqué M. Diarra.
 
C’est l’objet du séminaire de quatre jours ouvert mardi à Saly-Portudal, sur "la méthodologie de transposition des directives de l’UEMOA relatives au secteur de la pêche".
 
"La transposition s’entend comme une opération par laquelle un Etat membre et destinataire d’une directive procède à l’adoption de toutes les mesures nécessaires à son incorporation dans l’ordonnancement juridique national", a expliqué M. Diarra, qui prend part au séminaire.
 
C’est "une obligation" pour les pays de l’UEMOA de transposer les directives de l’UEMOA en matière de pêche dans les lois qui encadrent la pratique de cette activité économique, selon le représentant de l’organisation communautaire au Sénégal.
 
"Notre ardent souhait d’aller au-delà d’une intégration macro-économique de nos Etats et de réaliser une coordination des politiques sectorielles ne cesse de se traduire en réalité avec la conduite, notamment, d’une politique d’action commune dans le domaine de la pêche", a dit M. Diarra, louant l’existence d’un cadre juridique commun, concernant la pêche, dans les huit pays de l’Union.
 
L’UEMOA souhaite arriver à "la création d’un marché ouvert et concurrentiel, dont l’environnement juridique est harmonisé et rationnalisé", en matière de pêche, selon Dossolo Diarra. 
 
"Notre Union a édicté, le 28 mars 2008, une série de textes réglementaires en matière de transport maritime, qui font aujourd’hui l’objet d’une application à notre grande satisfaction", s’est-t-il réjoui.
 
Selon lui, le Sénégal a réalisé de bonnes performances dans la transposition des directives relatives à la pêche, avec un taux qui est passé de 64% en 2014 à 70% en 2015.
 
"Je peux me permettre de dire que le Sénégal est le premier de la classe, puisqu’il a transposé une quarantaine de directives sur un total de 60 directives", a-t-il signalé.

ADE/ESF/BK