La CAOPA veut renforcer les AMP pour améliorer les conditions de vie des populations (président)
APS
SENEGAL-AFRIQUE-PECHE

La CAOPA veut renforcer les AMP pour améliorer les conditions de vie des populations (président)

Saly-Portudal (Mbour), 6 mars (APS) – La Confédération africaine des organisations professionnelles de pêche artisanale (CAOPA) veut contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations à travers le renforcement des aires marines protégées (AMP), a indiqué son président, le sénégalais Gaoussou Guèye.
 
’’Nous voulons contribuer à améliorer les conditions de vie des populations à travers le renforcement des AMP qui contribuent à la gestion durable des ressources halieutiques, à la conservation de la biodiversité marine et côtière et à l’amélioration des moyens et conditions d’existence des communautés locales de pêche artisanale’’, notamment dit M. Guèye.
 
Il s’exprimait mercredi à Saly-Portudal (Mbour, ouest) à l’ouverture d’un atelier d’élaboration et de validation du plan d’action participatif visant à appuyer les actions de l’axe 2 de la stratégie nationale des AMP du Sénégal (SNAMPS) relatives à une pêche durable dans les AMP de Cayar, Joal-Fadiouth et Sangomar.
 
Le directeur des pêches maritimes, Mamadou Goudiaby, a présidé le démarrage officiel des travaux de cet atelier qui a également enregistré la présence des responsables des AMP de Saint-Louis (nord), Abéné (sud) et de Bamboug dans le Delta du Saloum, en vue de mieux élargir le projet.
 
’’Notre choix d’intervenir dans ce domaine est dicté par notre mission qui consiste entre autres actions, à étudier toute question et à réaliser ou participer à la mise en œuvre de toute activité relative à la gestion et à l’exploitation durable des ressources halieutiques’’, a déclaré le président de la CAOPA, ajoutant que la finalité est de ‘’garantir’’ aux communautés de pêche artisanale des moyens qui favorisent au mieux leur condition d’existence.
 
Selon lui, cette option s’inscrit en droite ligne des orientations définies dans les conventions et instruments internationaux portant sur la gestion et l’exploitation des ressources halieutiques tels que l’Objectif 14 du développement durable à l’horizon 2030 (ODD 14) et le Code de conduite pour une pêche responsable, a t-il rappelé.
 
’’C’est pour toutes ces raisons d’une part, et d‘autre part que la CAOPA a pris l’engagement, en 2017, lors de la conférence sur les Océans, à Malte, de promouvoir en Afrique le développement, d’une manière transparente, participative et sensible aux enjeux de genre, de plans d’actions nationaux pour une pêche artisanale durable, enracinés dans les Directives d’application volontaire visant à assurer la durabilité de la pêche artisanale’’, a expliqué M. Guèye.
 
ADE/OID