Le réseau routier classé et revêtu sénégalais jugé de
APS
SENEGAL-TRANSPORTS-INFRASTRUCTURES

Le réseau routier classé et revêtu sénégalais jugé de "bonne qualité" par un officiel

+++De l’envoyée spéciale de l’APS : Seynabou Ka+++


Kolda, 23 juin (APS) - Le réseau routier classé et revêtu du Sénégal est jugé à 75% de "bonne qualité" ou de "qualité moyenne" a assuré, l’administrateur du Fonds d’entretien routier autonome (FERA), Papa Mamadou Ndiaye qui salue la "maitrise technique" des agents d’exécution de l’entretien routier.
 


 
"Avec l’avènement du FERA, on a noté un bond très important en matière de ressources financières. C’est pourquoi, le réseau classé et revêtu est jugé, en 2018, à 75% de bonne qualité ou de qualité moyenne", a-t-il dit.
 
Pape Mamadou Ndiaye s’exprimait au terme d’une visite des travaux d’entretien des routes dans les régions de Fatick, Kaolack, Tambacounda et Kolda, dans le cadre d’un projet triennal (2015-2017) de plusieurs milliards de FCFA financé par le FERA.
 
La tournée qui avait démarré, mardi, est à l’initiative du Conseil d’administration du FERA. Cette visite de chantier a permis de constater l’état des routes entretenues et de mise en œuvre et d’exécution de ce programme.
 
"Au niveau national, le Sénégal a un réseau routier classé d’environ 16496 km dont 5000 km de routes revêtues. Avant la mise en place du FERA, 55% du réseau pouvait être considéré comme étant de bonne qualité, ou de qualité moyenne", a-t-il rappelé.
 
Selon M. Ndiaye, "le FERA a appuyé les collectivités territoriales et l’Ageroute pour améliorer la qualité du réseau routier sénégalais. Et ce progrès est passé par l’augmentation de ressources financières".
 
"En 2007, le budget de l’entretien routier était de 15 milliards de FCFA et aujourd’hui, nous avons un fonds de 60 milliards de FCFA. En l’espace de 10 ans, il a été multiplié par 4", a-t-il dit.
 
Cela a abouti à une "nette amélioration de la qualité" du réseau national a dit M. Ndiaye. "Nous devons cela à la maitrise technique des dossiers des agents d’exécution de l’Ageroute et l’augmentation du financement du FERA" s’est-il félicité.
 
Mettant également en exergue les efforts consentis par l’Etat du Sénégal pour, à travers une campagne de sensibilisation, dissuader les transporteurs de surcharger leurs véhicules.

Car, a-t-il souligné, "les dégradations qui découlent de cette surcharge dépassent les budgets disponibles".
 
"Le FERA a aussi mis en place une équipe d’audite technique qui s’assure de l’entretien des routes et de l’utilisation correcte des ressources" a dit son administrateur.

M. Ndiaye ajoute que sa structure veille également à la sécurité routière pour prévenir des accidents.
 

SK/PON