Entretien de pistes : Mampatim et Médina Chérif saluent l’initiative
APS
SENEGAL-SOCIETE-INFRASTRUCTURE

Entretien de pistes : Mampatim et Médina Chérif saluent l’initiative

+++De l’envoyée spéciale de l’APS : Seynabou Ka+++

Mampatim (Kolda), 24 juin (APS) - La réhabilitation par le Fonds d’entretien routier autonome (FERA) des axes routiers de Médina Chérif-Nani Demba et Mampatim-Badion, à Kolda a permis le désenclavement de plusieurs villages et favorisé l’évacuation des productions agricoles dans ces zones, a appris l’APS.
 
 
C’est pourquoi, la délégation du Conseil d’administration du FERA venue visiter l’axe Médina Chérif-Nani Demba d’une longueur de 14, 4 km a été accueillie en grande pompe par les populations et le maire de la localité, Mamadou Ibrahima Gano.
 
Très satisfaits de la réhabilitation de leur piste, les habitants de la commune rurale ont reçu leurs hôtes à la place du village. Hommes, femmes, vieux et enfants, ont tous salué et exprimé leur soulagement en offrant "spontanément" un boeuf aux représentants du FERA en guise de reconnaissance.
 
"Cette piste est en train de désenclaver les villages environnants. S’il y a une structure qui a compris l’acte 3 de la décentralisation, c’est bien le FERA. Ce projet exprime la relation parfaite entre les institutions de l’Etat, les mairies et les structures privées", s’est réjoui Mamadou Ibrahima Gano.
 
Après avoir souhaité la pérennisation de cette collaboration, l’édile a invité, sous les applaudissements des villageois, les membres du FERA à aider la commune à disposer d’un tronçon de 20 km sur sa partie nord et un pont pour relier la localité à la Gambie et à la Guinée Bissau.
 
Le maire de Médina Chérif qui a renouvelé ses remerciements au nom de la population a accompagné la délégation qui s’est rendue à Mampatim pour visiter la piste allant de la communauté rurale à celle de Badion (Médina Yoro Foulah) et frontalière à la Gambie.
 
D’une longueur de 22 km, l’axe qui a été réalisé en 1988 avec la SODEFITEX n’a pas fait l‘objet d’entretien depuis sa mise en place. La réhabilitation de cette piste dégradée depuis 30 ans est "une aubaine" pour les populations. 
 
Venu à l’accueil de la délégation, le maire Boubacar Mané, à la tête d’une forte mobilisation, reconnaît que sa communauté rurale est "désenclavée par l’Est, au nord comme au sud avec la Gambie".
 
"Nous allons nous battre pour que ce projet d’entretien de notre piste réussisse. Elle permet de désenclaver tous les villages traversés par la route et d’évacuer la production agricole", a-t-il dit, remerciant chaleureusement les autorités du FERA et du pays.

Le FERA a mis en place en 2017 un projet pilote d’un financement de trois milliards de FCFA destiné à appuyer le désensablement en zone urbaine et l’entretien des pistes rurales dans 11 collectivités territoriales.
 
La commune de Vélingara a bénéficié, dans le cadre de ce projet, d’un financement de 96 millions de FCFA. Les communes de Médina Chérif et Mampatim (Kolda) ont reçu respectivement 244, 8 et 300 millions de FCFA pour l’entretien de leurs pistes.
 
"Depuis l’année dernière, le Conseil d’administration a autorisé le FERA à travailler directement avec les communes d’intervention pour appuyer le désensablement des zones urbaines qui ont déjà un réseau existant et l’entretien des pistes rurales", a expliqué l’administrateur du FERA, Papa Mamadou Ndiaye.
 
M. Ndiaye s’est dit satisfait de cette visite qui, selon lui, prouve que "les communes sont capables d’exécuter" leur programme "convenablement" si elles sont accompagnées.
 
"Nous apportons un appui technique et financier pour aider les communes à assurer leur mission essentielle de désenclavement et d’entretien des pistes", a-t-il dit.
 
"C’est une phase pilote, mais le projet a été reconduit pour les communes déjà bénéficiaires. Une vingtaine de demandes a été émise. Et le projet est en train d’être étendu à d’autres communes", a dit le président du Conseil d’administration du FERA, El Hadj Seck Ndiaye Wade. 
 
Selon lui, "c’est un programme très ambitieux qui colle avec l’acte 3 de la décentralisation". 
 
"On ne va pas se limiter à la région de Casamance. Nous allons voir avec les autres structures étatiques comme le Programme d’urgence de modernisation des axes et territoires frontaliers (PUMA) pour porter le plaidoyer", a promis M. Wade.
 
 

SK/PON