AIBD : un plan d’actions pour surmonter les questions liées aux emprises
APS
SENEGAL-INFRASTRUCTURES

AIBD : un plan d’actions pour surmonter les questions liées aux emprises

Diass (Mbour), 17 oct (APS) - La direction en charge de l’environnement et du social à l’Aéroport international Blaise Diagne de Diass (AIBD) a élaboré un plan d’actions trimestriel destiné à prendre en charge un certain nombre d’activités dont le recensement des emprises situées dans la zone sud de ce nouvel aéroport en cours de réalisation, a appris l’APS.

Ce plan d’actions va prendre en charge surtout le déplacement de 53 familles restées toujours dans le village de Kessoukhate situées dans la zone nord a expliqué, lundi, Dr Kaly Niang, sociologue en service à l’AIBD.

"On est en train de ménager cette affaire avec dextérité pour libérer cette emprise-là dans le courant du mois de novembre. Il n’y a plus d’emprises ou d’impacts qui peuvent contribuer un goulot d’étranglement par rapport à la construction de l’aéroport", a-t-il soutenu.

Pour lui, ces familles qui vont être déplacées auraient dû partir depuis longtemps mais, mais les autorités ont choisi de privilégier "la médiation et l’ingénierie sociales", a fait valoir Dr Kaly Niang lors de la visite du chantier de l’AIBD par le ministre du Tourisme et des Transports aériens, Maïmouna Ndoye Seck.

Sur la zone sud située vers Diass, il y a des emprises à libérer "parce qu’il y a pas mal d’occupation, avec des industries, des usines, des champs, des parcelles à usage d’habitation, pour la plupart", a-t-il fait remarquer.

"Nous allons procéder à un recensement exhaustif de ces occupations-là à l’intérieur du domaine (aéroportuaire), sous la supervision du préfet du département de Mbour qui est le président de la commission de recensement et d’évaluation des impenses, pour voir les titres d’occupation et leur régularité ou non", a renseigné Niang. Cela facilitera la libération des emprises et la prise de possession de la partie sud, a-t-il estimé.

Dr Kaly Niang s’est dit convaincu qu’à partir du mois de décembre prochain, "il n’y aura plus d’indemnités à payer ni d’emprises à libérer".

 

ADE/PON