Pétrole et gaz : le dialogue informé,
APS
SENEGAL-INDUSTRIE

Pétrole et gaz : le dialogue informé, "seul gage de succès’’ pour le Sénégal (DG BP)

Dakar, 29 oct (APS) – Le directeur général de la compagnie pétrolière britanique BP au Sénégal, Géraud Moussarie, a affirmé mardi que ’’seul un dialogue informé’’ sera un ‘’gage de succès’’ pour le Sénégal dans la perspective de l’exploitation des ressources pétrolières et gazières, source de beaucoup d’inquiétudes et d’incompréhensions.
 
‘’L’industrie du pétrole et du gaz y est nouvelle ; naturellement, elle charrie beaucoup d’incompréhensions, parfois des inquiétudes. Seul un dialogue informé sera gage de succès pour le Sénégal’’, a-t-il déclaré.
 
M. Moussarie s’exprimait ainsi à l’occasion d’une table-ronde organisée par l’ONG 3D, en collaboration avec l’Observatoire du suivi des indicateurs de développement économique en Afrique (OSIDEA) sur les défis et opportunités du projet d’exploitation du gisement d’hydrocarbures ‘’Grand Tortue-Ahmeyim, situé à la frontière maritime sénégalo-mauritanienne et dont la première extraction confiée à BP, est attendue en 2022’’.
 
‘’Cette table-ronde, est non seulement un acte fort d’ouverture et de dialogue, mais aussi un jalon supplémentaire pour une gouvernance concertée des ressources pétrolières et gazières au Sénégal’’, a souligné Géraud Moussarie.
 
A l’en croire, ‘’le projet GTA sera un développement win-win [gagnant-gagnant] pour tous les acteurs concernés’’.
 
Pour le Sénégal, a-t-il dit, ‘’les fondamentaux techniques et commerciaux permettront un développement progressif d’un bassin industriel sénégalais basé sur ses propres ressources en hydrocarbures au cours de la prochaine décennie’’.
 
‘’En effet, il apportera dès 2022 des revenus supplémentaires qui iront en vaste majorité à la Nation. Il apportera aussi une alimentation en gaz domestique, synonyme d’électricité plus verte, plus compétitive et pouvant soutenir les besoins d’irrigation, et autres efforts de l’agriculture, l’agro-business et de l’industrie locale’’, a-t-il poursuivi.
 
Il a cependant prévenu que ‘’rien n’est donné d’avance’’, car ‘’ de nombreux projets gaziers sont en concurrence à l’échelle internationale avec des acteurs hyper dominants, comme le Qatar et l’Australie, qui, à eux seuls, produisent la moitié du Gaz Naturel Liquéfié (GNL) mondial, et aussi d’autres acteurs africains puissants comme le Nigeria, ou en devenir comme le Mozambique’’.
 
Donc, ‘’pour rester à la pointe, nous devons avant tout travailler beaucoup, mieux que la concurrence internationale, et surtout, ensemble’’, a-t-il conseillé. 
 
‘’Pour cela, a-t-il insisté, la transparence, la bonne gouvernance et la qualité des dialogues sont primordiales.’’
 
Il a par ailleurs salué la diligence des autorités mauritaniennes et sénégalaises dans leurs prises de décision pour lancer la première phase du GTA, en un temps record dans l’industrie.
 
‘’Cet exemple de réussite industrielle en Afrique sub-saharienne, démontre que la terre de la Téranga, est non seulement une terre de paix et de respect, mais aussi un environnement favorable pour les investissements internationaux. Nous avons la possibilité de faire fructifier GTA, comme une jeune marque sénégalo-mauritanienne pleine de promesse’’, a-t-il déclaré.


MK/ASG