Près de 640 millions d’Africains n’ont pas accès à l’électricité (Directeur Enda Energie)
APS
SENEGAL-ENERGIE-DEVELOPPEMENT

Près de 640 millions d’Africains n’ont pas accès à l’électricité (Directeur Enda Energie)

Saly-Portudal (Mbour), 19 sept (APS) – Environ 640 millions d’Africains n’ont pas accès à l’électricité, une situation qui pourrait constituer un obstacle à l’atteinte des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), a indiqué, lundi à Saly-Portudal, le directeur de l’ONG Enda Energie, Sécou Sarr.
 
M. Sarr s’exprimait à l’ouverture des travaux d’une session de formation internationale sur la politique et l’économie d’énergie, organisée par l’Institut de la Francophonie pour le développement durable (IFDD),
 
Selon lui, du point de vue du coût des pénuries énergétiques, ça représente jusqu’à une réduction de 2 à 4 points du produit intérieur brut (PIB) des pays. Ce qui représente un aspect macro-économique "assez déterminant". 
 
"En plus, quand vous analysez le bilan énergétique de nos pays, on se rend compte que c’est une dominance biomasse, à savoir l’utilisation du bois et du charbon de bois dont on connaît les effets pervers, notamment en matière de désertification, de déséquilibre de l’écosystème forestier et de pollution", a-t-il relevé. 
 
Selon lui, "on estime aujourd’hui à plus de 600 000 décès par an liés à la pollution relative à l’utilisation du bois de chauffe pour la cuisine". 
 
Face à ce contexte, indique Sécou Sarr, les gouvernements sont en train de consentir des efforts pour renforcer l’électrification, notamment rurale où au niveau de l’Afrique, le taux d’accès à l’électricité est encore "très faible". 
 
"Cette situation ne nous permet pas d’accélérer les processus de développement. Et tout le monde a compris qu’on ne peut pas atteindre les objectifs du millénaire pour le développement (OMD) si on ne tient pas compte de la problématique de l’énergie", a-t- il prévenu. 
 
Par conséquent, il faut, à son avis, "renforcer le mix énergétique, parce que l’énergie, ce n’est pas uniquement l’électricité". "L’énergie, c’est un ensemble et ça a une dimension transversale, parce qu’elle impacte l’ensemble des secteurs de développement économique", a-t-il expliqué. 
 
Donnant l’exemple du Sénégal pour montrer cette dimension transversale de l’énergie, dans le Plan Sénégal émergent (PSE), il a indiqué que le secteur de l’énergie n’a pas été considéré comme un secteur isolé, mais il fait partie des fondamentaux de la croissance économique et de la lutte contre la pauvreté.
 
"Le gouvernement du Sénégal a considéré l’énergie dans le PSE comme une dimension transversale, parce que sans énergie, on ne peut pas arriver à améliorer, de manière durable, les conditions de vie des populations pour lesquelles il s’active nuit et jour pour répondre aux sollicitations et aux besoins", a conclu le directeur de Enda Energie.

ADE/ASB/ASG