Sans les coûts élevés, produire de l’électricité avec la biomasse aurait été avantageux  (Dg ANER)
APS
SENEGAL-ENERGIE

Sans les coûts élevés, produire de l’électricité avec la biomasse aurait été avantageux (Dg ANER)

Dakar, 25 oct (APS) – Des investissements dans la production d’énergie à travers la biomasse seraient profitables à l’Etat sénégalais, ‘’si les coûts de réalisation n’étaient pas si élevés’’, a jugé mercredi le directeur général de l’Agence nationale pour les énergies renouvelables, Djiby Ndiaye.
 
‘’L’Etat gagnerait à investir dans la production d’énergie à travers la biomasse si les coûts de réalisation n’étaient pas si élevés. La biomasse nécessite une offre de financement consistant et de l’accompagnement dans la réalisation de projets de chauffe’’, a dit M. Ndiaye, invité de la rédaction de l’APS.
 
Il indique que la production de biomasse est pour la plupart gérée par des privés à partir de la décharge d’ordures de Mbeubeuss (Dakar), les déchets agricoles ou la coque d’arachide.
 
‘’ Nous avons un problème lié au coût de production. Donc, si l’Etat trouve les solutions rentables, il va s’y atteler pour une valorisation plus efficiente de la biomasse produite par les différents secteurs d’activités’’, a expliqué le directeur général de l’ANER.
 
Il a affirmé que la production de biogaz, l’amélioration du captage et de l’épuration, le développement de nouvelles techniques de broyage et la qualité des déchets constituent des leviers intéressants dans la production d’électricité.
 
Djiby Ndiaye a également souligné la nécessité d’assurer de manière durable l’approvisionnement des ménages urbains et ruraux en énergie de cuisson, tout en préservant les ressources forestières.
 
Selon lui, la biomasse permet de produire de l’électricité grâce à la chaleur dégagée par la combustion de matières (bois, végétaux, déchets agricoles, ordures ménagères organiques) ou du biogaz issu de la fermentation de ces matières, dans des centrales biomasse.
 
De plus, a-t-il poursuivi, la valorisation du biogaz en électricité évite l’émission du méthane, un autre gaz à effet de serre, dans l’atmosphère. 
 
Il représente un potentiel énergétique très important, en provenance principalement des décharges, mais aussi des boues d’épuration et des déchets urbains et agricoles, a ajouté M. Ndiaye. 

SDI/ASG