Fatick : Lancement du programme d’électrification des villages de Yenguélé et Sorokh
APS
SENEGAL-COLLECTIVITE-ENERGIE

Fatick : Lancement du programme d’électrification des villages de Yenguélé et Sorokh


Yenguélé (Niakhar), 30 jan (APS) - Le directeur national de l’Agence sénégalaise d’électrification rurale (ASER) et le maire de Niakhar, Macodou Sène, ont procédé mercredi au lancement des opérations d’électrification de Yenguéllé et Sorokh, deux des grands villages de la commune de Niakhar.

’’L’électrification de ces villages de la commune de Niakhar entre dans le cadre du Programme national d’urgence d’électrification rurale (PNUER) dont l’objectif est d’atteindre un taux d’électrification de 60% en fin 2019’’, a souligné le directeur général de l’ASER Baba Diallo lors de cette cérémonie.


Il a indiqué que ce programme dont l’objectif ’’est d’atteindre un taux d’électrification rurale nationale de 60% en fin 2019 est une réponse parfaite à la demande pressante des populations rurales pour accéder au service de l’électricité’’.

’’Le PNUER, a-t-il rappelé, pour cette première phase d’urgence, concerne 11 localités, dont cinq se trouvent dans la commune de Niakhar’’. Il s’agit de Sorokh, Yenguélé, Bibane, Mboudaye, et Mbane.

Le taux d’électrification rurale dans la région de Fatick varie entre 35% et 40% contre 43% au niveau national en 2017, a t-il relevé.


Concernant le projet d’électrification rural de 218 villages du Sénégal, il a indiqué que 35 villages se trouvent dans la région de Fatick.

’’C’est un programme national qui, selon lui, va impacter sur environ 140 000 habitants avec une moyenne de 700 habitants par village pour l’ensemble des 218 localités’’.


De son côté, le maire de la commune de Niakhar, Macodou Sène,
s’est réjoui du lancement de l’électrification des villages de Yenguélé et Sorokh, les villages les plus peuplés de Niakhar.


’’Il va rester 21 villages à électrifier dans la commune. C’est pourquoi nous allons sensibiliser davantage les autorités sur cette doléance principale des populations car sans électricité point de développement’’, a souligné M. Sène.


 


AB/OID