Tambacounda : les acteurs partagent les mesures pour faciliter l’approvisionnement du pays en moutons
APS
SENEGAL-TABASKI-PREPARATIFS

Tambacounda : les acteurs partagent les mesures pour faciliter l’approvisionnement du pays en moutons

Dakar, 25 juil (APS) - Les autorités administratives et les services techniques de la région de Tambacounda ont partagé avec les organisations d’éleveurs lundi lors d’un CRD spécial une batterie de mesures déjà arrêtées et devant permettre un bon approvisionnement des grands centres urbains du pays en moutons pour la fête de Tabaski.
 
La rencontre s’est tenue à la gouvernance, en présence des différentes couches d’acteurs concernés par la gestion de cette problématique, dans la région orientale, point de passage d’une bonne partie des moutons qui arrivent dans le pays en provenance de pays voisins. 
 
En 2015, 288.159 têtes de moutons étaient entrés dans le pays par la région de Tambacounda, dont 272.174 par le poste de Kidira et 15.985 par celui de Bakel, a relevé le chef du service régional de l’élevage le docteur Rosalie Seck. 
 
La demande nationale en moutons de tabaski est évaluée cette année à 750.000 têtes dont 260.000 pour la région de Dakar, a annoncé en juin dernier le porte-parole du gouvernement, Seydou Guéye, lors d’un conseil interministériel consacré à la préparation de la Tabaski.
 
‘’La signature par Monsieur le Premier ministre de la circulaire relative aux mesures de suspension des droits et taxes sur les moutons aux frontières, le long des axes routiers, au niveau des zones d’attente et des points de vente et l’assouplissement des contrôles, constitue une décision majeure pour l’approvisionnement du pays en moutons de Tabaski en provenance du Mali et de la Mauritanie’’, a soutenu docteur Rosalie Seck. 
 
Cette décision autorise aussi la présence, à bord de chaque camion ou wagon, de trois bergers chargés de la surveillance des animaux transportés, a-t-elle ajouté. Ces mesures, a précisé la responsable, s’appliquent au niveau des frontières, des axes de convoyage, des zones d’attente et des points de vente de moutons, pour la période allant du 29 juillet au 27 septembre 2016. 
 
Ces instructions ont été données par le premier ministre au terme d’un récent conseil interministériel dédié à la question, a relevé gouverneur Bouya Amar, tout en précisant que ‘’l’assouplissement du contrôle n’est pas absence de contrôle’’, notamment dans le contexte actuel de terrorisme. 
Concernant l’approvisionnement de la zone sud du pays, le gouverneur a rapporté que le premier ministre a demandé de ‘’privilégier la voie de contournement’’ par rapport à la trans-gambienne pour éviter toute difficulté.
 
 Il a été recommandé à la Caisse nationale de crédit agricole du Sénégal (CNCAS) de tenir une réunion d’information et de concertation avec les organisations d’éleveur pour leur expliquer les modalités d’octroi de crédit pour l’opération Tabaski. Plusieurs représentants d’éleveurs s’étaient plaints de ce que leurs membres avaient du mal à se faire prêter de l’argent au près de la CNCAS, d’aucuns estimant que ce crédit était accordé à des commerçants plutôt qu’à des éleveurs professionnels. 
 
Le chargé de la clientèle Mouhamed Mbodji a expliqué le retard dans l’octroi des crédits par les lenteurs des procédures, relevant qu’il devrait démarrer sous peu. M.Mbodji a noté que 84 millions avaient été donnés à crédit au titre de l’opération Tabaski 2015, avec un taux de remboursement de 87%. Pour 2016, le montant des demandes déposées par 28 requérants s’élève à 136 millions, a-t-il ajouté. 
 
Un comité régional de suivi de ces recommandations sera mis sur pied afin de veiller à l’effectivité de leur application. Eu égard aux lieux de vente qui seront identifiés par arrêté, à peu près les mêmes dispositions que l’année dernière en matière d’hygiène, de sécurité ont été reconduites. 
 
‘’Quand l’Etat prend toutes ces mesures-là qui sont chères, l’Etat a une ambition, c’est que les prix du mouton soient à la portée de tous les Sénégalais’’, a souligné le gouverneur Bouya Amar, faisant remarquer que malheureusement c’est le contraire qui se produit. 
 
Il a salué à ce propos l’initiative prise par une confédération sous-régionale des professionnels du bétail et de la viande à laquelle la Maison des éleveurs de Tambacounda (MDE) est membre et qui consiste à établir une fourchette des prix conseillés.
 
 Issaga Camara, de la MDE a noté qu’une récente rencontre a eu lieu à Goudiry avec leurs avec leurs homologues maliens qui ont promis de leur envoyer une fourchette des prix au départ du Mali. Pour M. Camara si le prix au départ est connu et si le prix du transport est rationalisé, il est possible de lutter contre la spéculation. Il a aussi suggéré que les moutons soient parqués dans les foirails selon les prix qui seront affichés. 
 
Le gouverneur a promis de travailler avec la MDE sur cette initiative sous-régionale. Le chef de la division des douanes de Tambacounda, représentant la zone sud-est, Oumar Baldé a quant à lui, relevé que toutes les dispositions seront prise aux postes de Bakel et Kidira, afin d’enregistrer de façon diligente les déclarations de moutons qui entrerons dans le pays. Des éléments y seront préposés ‘’24 heures sur 24’’, a-t-il assuré.
 
ADI/ASB