Covid-19 : l’Interprofession des aviculteurs réclame un accompagnement de l’Etat
APS
SENEGAL-AVICULTURE-SANTE-IMPACT

Covid-19 : l’Interprofession des aviculteurs réclame un accompagnement de l’Etat

Dakar, 19 mai (APS) - L’interprofession avicole du Sénégal (IPAS) demande l’accompagnement de l’Etat pour assurer la pérennité de cette filière ’’fortement frappée’’ par la crise sanitaire du Covid-19.
 
’’Afin d’assurer la pérennité de la filière et sauvegarder des milliers d’emplois, l’accompagnement de l’État s’avère indispensable’’, indique l’IPAS dans un communiqué reçu à l’APS.

La pandémie du Covid-19 a installé la filière avicole dans une forte récession avec une baisse prévue de plus de 50% en 2020, apprend-t-on de l’interprofession avicole du Sénégal (IPAS).
 
’’La limitation des déplacements a fini d’installer la filière avicole dans une très forte récession avec une baisse prévue de son chiffre d’affaires de plus 50% en 2020’’, indique un communiqué transmis à l’APS.
 
Les méventes de poulets à la suite de l’annulation de grands événements religieux, la fermeture des réceptifs hôteliers, des restaurants, des centres des œuvres universitaires et des marchés, sont la cause de cette récession, selon l’IPAS.


L’IPAS demande à l’Etat de soutenir les acteurs ayant subi des pertes du fait de la crise sanitaire.

 
Elle propose également la mise en place d’un fonds spécifique pour la relance de la filière avicole. Ce fonds permettra aux acteurs de redémarrer leurs activités durement éprouvées. 
 
’’Ce fonds pourra être utilisé comme garantie auprès des institutions financières spécialisées pour faciliter l’accès au financement à des conditions allégées’’, selon l’IPAS. 
 
Parmi la série de propositions, figurent également une meilleure structuration de la filière avicole autour de l’interprofession. 
 
’’Outre l’identification de tous les acteurs de la chaîne de valeur pour leur faciliter la formalisation, les axes directeurs de cet appui devront porter sur la formation technique et le cadre réglementaire du secteur avicole’’, estime l’IPAS.
 













 

AMN/OID/AKS