Santé animale : un programme d’activités arrêté pour 22017
APS
SENEGAL-ELEVAGE

Santé animale : un programme d’activités arrêté pour 22017

Mbour, 25 jan (APS) - Les services de l’Elevage, sous l’égide de la Direction des services vétérinaires (DSV), ont arrêté un programme d’activités pour 2017, consistant essentiellement en une planification des actions de prévention des maladies animales "parfois endémiques, émergentes et ré-émergentes", a appris l’APS.
 
Ce programme a été adopté au cours d’un atelier de deux jours (24-25 janvier), tenu à Mbour et au cours duquel la DSV, les services déconcentrés du ministère de l’Elevage et les partenaires techniques et financiers ont partagé sur les missions et l’organisation des services vétérinaires, qui ont en charge la santé animale (surveillance, prévention et contrôle des maladies).
 
Le plan arrêté va être validé par les différentes parties prenantes, certaines des activités prévues devant être financées par le programme de renforcement de la protection zoosanitaire.
 
S’exprimant au cours de cette rencontre dont il présidait la cérémonie de clôture, mercredi, le directeur des services vétérinaires au ministère de l’Elevage et des Productions animales, le docteur Mbargou Lô, a relevé la part de la santé animale dans l’amélioration de la productivité et de la compétitivité de l’élevage du Sénégal.
 
Il a signalé l’existence au Sénégal d’un Système national de surveillance épidémiologique opérant à deux niveaux, central et décentralisé, qui permet la conduite de vaccinations de masse contre plusieurs maladies, dont la peste des petits ruminants, une maladie virale affectant les ovins et les caprins.
 
M. Lô a également cité la dermatose nodulaire contagieuse bovine, la peste équine, la péripneumonie contagieuse bovine la maladie de Newcastle, qui affecte aussi les volailles.
 
"Nous vaccinons aussi contre la rage, une zoonose qui est mortelle à 100% quand elle se déclare. Nous luttons aussi contre la prolifération des chiens errants. Nous vaccinons aussi contre la fièvre de la vallée du rift qui est aussi une zoonose qui peut affecter l’homme parce que transmise par des moustiques, ainsi que contre la fièvre aphteuse pour accompagner l’élevage laitier", a-t-il ajouté.
 
Ce dispositif de surveillance épidémiologique, intégrant des membres viennent de services déconcentrés du ministère, des docteurs vétérinaires, des éleveurs et des vétérinaires privés, entre autres, permet une alerte précoce pour une réaction rapide visant à éviter la propagation des maladies animales, a expliqué le docteur Lô.
 
 
 
ADE/BK