L’assurance indicielle bétail encore à la traîne (chercheur)
APS
SENEGAL-ELEVAGE-ASSURANCE

L’assurance indicielle bétail encore à la traîne (chercheur)

Dakar, 8 mai (APS) - L’assurance indicielle du bétail au Sénégal est ’’encore à la traîne’’ comparée au secteur de l’agriculture, a soutenu mercredi à Dakar, le chercheur Mame Mor Anta Syll.
 
’’L’assurance indicielle bétail est à la traîne actuellement comparé au secteur de l’Agriculture’’, a-t-il notamment indiqué lors d’un atelier portant sur l’assurance indicielle bétail au Sénégal.
 
La rencontre fait suite à la réalisation d’une étude proposant un état des lieux des initiatives en matière d’assurance indicielle bétail au Sénégal.
 
L’étude a été effectuée dans le cadre du programme de renforcement de la résilience et de l’adaptation aux phénomènes climatiques extrêmes et aux catastrophes (BRACED, sigle en Anglais).
 
Ce programme exécuté en Asie et en Afrique est financé par la coopération britannique.
 
Le chercheur a cependant confié que les différents acteurs du secteur réfléchissent sur la mise en œuvre d’une assurance indicielle bétail.
 
’’On espère que dans un futur proche on va y arriver’’, a-t-il déclaré avant de rappeler que lorsqu’il y a une intempérie qui touche le cheptel, le gouvernement envoie sur le terrain des techniciens de l’Elevage et cela "coûte cher".
 
Il a aussi rappelé que lors des intempéries de 2018, le président de la République, Macky Sall, avait donné des instructions au ministère de l’Elevage, à la compagnie nationale d’assurance et aux éleveurs pour trouver "le moyen d’assurer le bétail pastoral".
 
"Il y a des défis à relever et des réflexions sont en cours pour arriver à une assurance indicielle de bétail sénégalais", a ajouté M. Syll.
 
Le cheptel sénégalais était composé en 2016 de 17379000 têtes réparties comme suit : 20,38% de bovins, 34 ,43% d’ovins, 32,83% de caprins, 2,43% de porcins, 3,21% d’asins et 0,03% de camelins selon un document transmis à l’APS.


SG/OID/ASB