Une coopérative des éleveurs en gestation
APS
SENEGAL-ELEVAGE

Une coopérative des éleveurs en gestation

Louga, 30 déc (APS) - Les éleveurs du Sénégal souhaitent mettre en place, en début d’année, une coopérative pour lutter contre la pauvreté et atteindre l’autosuffisance en aliment de bétail, a annoncé, lundi, à Louga, le président du Conseil national de la maison des éleveurs du Sénégal, Ismaila Sow.
 
Il s’exprimait lors d’une rencontre d’évaluation de la dernière Journée nationale de l’élevage célébrée le 28 novembre. Des présidents de regroupements d’éleveurs du département de Louga et des responsables de l’élevage de Kébémer et Linguère ont pris part à la rencontre
 
’’Je suis venu les rencontrer pour entre autres évaluer la journée nationale de l’élevage, mais aussi parler de l’installation d’une société nationale de coopérative qui va nous permettre de lutter contre la pauvreté et surtout aller vers une autosuffisance en aliment pour le bétail’’, a dit Ismaïla Sow.
 
’’Nous allons désormais voir, comment faire pour acheter l’aliment de bétail à un prix abordable chez les industries productrices et le transporter sans passer par des spéculateurs. Nous allons aussi pourvoir réguler l’achat et la vente de bétail’’, a-t-il expliqué.
 
Le président du Conseil national de la maison des éleveurs du Sénégal a précisé que la coopérative va être mise en place ‘’dans les départements, les communes’’ et elle sera ‘’le bras économique’’ des maisons des éleveurs.
 
Ce sera un moyen, a-t-il poursuivi, de lutter contre la pauvreté et de réguler le secteur. ’’Nous avons déjà fait la campagne de sensibilisation, la prochaine étape sera sa mise en place entre janvier et février’’, a-t-il fait savoir.
 
Selon M.Sow, la réunion a également été un prétexte pour parler du ’’dialogue national’’ initié par le chef de l’Etat. ‘’Il fallait aussi en discuter pour voir comment les éleveurs pourraient y apporter leur contribution’’, a-t-il soutenu.
 
’’Le 9 janvier prochain, je vais rencontrer d’autres leaders et responsables du secteur pour qu’ensemble nous pussions peaufiner un document à proposer au chef de l’Etat’’, a-t-il informé.
 
Ismaila Sow et ses collègues comptent aussi aborder la question de la réforme foncière.

’’La réforme a déjà été entamée, mais elle a connu un blocage puisque toutes les personnes concernées n’ont pas été associées dans sa mise en œuvre. Donc, nous allons aborder ce problème lors du dialogue national’’, a-t-il promis.
 
Ils ont aussi soulevé leur conflit avec les directions des Eaux et Forêts et les agriculteurs, la question des changements climatiques à l’origine de la sécheresse dans certaines localités et les mises en fourrière du bétail.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

SK/OID/AKS