Autosuffisance en moutons : vers l’interdiction de l’abattage des brebis (ministre)
APS
SENEGAL-ELEVAGE

Autosuffisance en moutons : vers l’interdiction de l’abattage des brebis (ministre)



Kahone (Kaolack), 28 août (APS) - Le ministre de l’Elevage et des Productions animales, Aminata Mbengue Ndiaye a indiqué, samedi à Kahone (Kaolack), que son département prépare, dans le cadre du Programme national d’autosuffisance en moutons, un arrêté interdisant l’abattage des brebis.


"Les brebis jouent un rôle primordial dans la reproduction de
l’espèce, c’est pourquoi on doit interdire leur abattage", a-t-elle explique, à l’étape de Kahone de sa tournée nationale initiée chaque année à la veille de la Tabaski pour remobiliser les éleveurs en vue d’un bon approvisionnement du marché local en moutons.


En présence des autorités administratives de la région, Aminata Mbengue Ndiaye a insisté sur la nécessité "d’interdire l’abattage des brebis si nous voulons atteindre l’autosuffisance en moutons". 


"Nous appelons les sénégalais à arrêter de tuer les brebis, de même que les dibiteries. Nous devons nous tous nous dresser contre l’abattage des brebis, et contre la vente de nos brebis vers les pays limitrophes", a-t-elle lancé.


"Certains pays limitrophes viennent ici acheter nos brebis pour revenir nous vendre quelques années des béliers. Donc, à partir de maintenant nous devons surveiller ce commerce, ce n’est pas normal, et tant qu’on ne règle pas ce problème il y aura pas d’autosuffisance en moutons", a insisté le ministre. 


Elle a invité les éleveurs à collaborer avec les autorités pour "régler ce problème lié à l’abattage des brebis et à leur vente à l’étranger".

"Sa réussite est du ressort des éleveurs car, les autorités ne peuvent pas être partout sur le terrain pour contrôler cela, donc c’est votre travail de redoubler de vigilance", a-t-elle lancé à l’endroit des éleveurs. 


Donc, a-t-elle poursuivi, "il faudrait faire en sorte qu’à partir de l’année prochaine que nous puissions vraiment davantage produire dans le cadre du Programme nationale d’autosuffisance en moutons mais également compter sur l’initiative des maires qui rentre dans le cadre de ce programme et insister sur la santé animale".



Selon elle, "si nous parvenons à vacciner tout notre cheptel ovin ou à un taux de 80%, nous pouvons faire des gains d’1 million de moutons, dans la mesure ou la peste des petits ruminants décime chaque année près d’un million de têtes au Sénégal et dans les pays limitrophes".



"C’est un travail que nous sommes en train de faire notamment, la vaccination du cheptel mais il y a un Programme mondial d’éradication de la peste des petits ruminants qui nous permettra d’avoir plus de ressources pour atteindre une vaccination universelle de notre cheptel et permettre d’arriver à une autosuffisance en moutons au Sénégal", a souligné le ministre de l’Elevage et des Productions animales.



"Un million de têtes, a-t-elle soutenu, c’est plus que les besoins du Sénégal pour la célébration de la Tabaski, évalués à environ 750.000 têtes. Donc, une fois de plus, il faut que nous parvenions à une autosuffisance en moutons, c’est un vœu qui est dans le PSE (Plan Sénégal émergent)".



 

AB/PON