Le COSEC et ses partenaires s’insurgent contre les abus dans les transactions portuaires
APS
SENEGAL-COMMERCE

Le COSEC et ses partenaires s’insurgent contre les abus dans les transactions portuaires

Saly-Portudal (Mbour), 31 déc (APS) – Les acteurs du commerce maritime international et le Conseil sénégalais des chargeurs (COSEC) vont mettre en place un comité national chargé de protéger les opérateurs économiques importateurs et exportateurs contre les abus constatés dans les transactions portuaires et maritimes, a appris l’APS. 
 


’’Nous avons constaté que dans les transactions portuaires et maritimes, particulièrement pour le fret il y a beaucoup d’abus qui se répercutent sur nos chargeurs et dans le panier de la ménagère. Nous avons ainsi décidé de voir comment juguler ce problème’’, a expliqué Babacar Ndiaye, président du Conseil d’administration du COSEC.


Réunis depuis à Saly-Portudal (Mbour, ouest), jeudi et vendredi, dans le cadre d’un atelier de formation sur la problématique de la facturation des services maritimes (fret et prestations portuaires), ils ont annoncé la transmission d’un mémorandum au président de la République Macky Sall dans le but de bénéficier du soutien de l’Etat du Sénégal face à ces abus.

‘’Le comité regroupera tous les acteurs portuaires, les opérateurs économiques et autres chargeurs, pour réfléchir sur le mémorandum qui va être transmis aux autorités et dans lequel nous prévoyons de proposer à l’Etat la création d’un organe de régulation des activités portuaires’’, a révélé M. Ndiaye.



Selon le PCA du COSEC, cet organe de régulation est nécessaire parce qu’il y a beaucoup d’intervenants dans le port de Dakar et que 90% des produits de consommation qui arrivent au Sénégal passent par le port, avec un flux important de capitaux.



‘’Par conséquent, il est tout à fait normal qu’on harmonise et qu’on régule toutes les activités concernant les transactions portuaires et maritimes’’, a insisté Babacar Ndiaye.

Il a signalé que ce comité sera ’’un interlocuteur légitime’’ de l’Etat, surtout pour ce qui est l’encadrement et la protection de la facturation qui ne prend pas en compte les avis des chargeurs qui doivent être associés à toute réflexion allant dans ce sens-là.



‘’Notre rôle étant de protéger et d’encadrer les chargeurs sénégalais face aux agissements d’armateurs et autres acteurs étrangers qui surenchérissent les factures, nous avons le devoir de mettre fin à certaines pratiques’’, a martelé le PCA du COSEC.



ADE/OID