Kaolack : ’’disponibilité réelle
APS
SENEGAL-CONSOMMATION-TABASKI-ASSURANCES

Kaolack : ’’disponibilité réelle" de pomme de terre et d’oignon (service régional du commerce)

Kaolack, 9 août (APS) - Le chef du service régional du commerce de Kaolack (centre), Saidou Nourou Barro, a assuré de la "disponibilité réelle" de produits tels que l’oignon et la pomme de terre sur le marché local en perspective de la fête de la Tabaski prévue lundi, en dépit de pratiques spéculatives dans les chaînes de distribution. 

"Dans le marché de Kaolack, il y a une disponibilité réelle du produit mais nous avons relevé des pratiques spéculatives au niveau de toutes les chaînes de distribution. Cette spéculation commence par le niveau bord-champ pour la filière oignon et le niveau grossiste pour la filière pomme de terre", a confié Saidou Nourou Barro.
 
Selon le chef du service régional de commerce, "un suivi de l’évolution des stocks et des prix des produits de grande consommation comme l’oignon et la pomme de terre est effectué et une certaine tension est relevée depuis 48 heures consécutive à des mouvements spéculatifs des différents acteurs de la chaîne de distribution". 
 
"La Tabaski étant une période de forte spéculation, le prix du kilogramme de pomme de terre est passé à 600 francs alors que le prix de référence est à 400 francs, et celui de l’oignon est à 500 francs alors que le prix de référence est à 350fancs" CFA, a-t-il indiqué. 
 
"Le produit n’est pas en manque dans la mesure où" les capacités de production des sociétés du secteur dépassent "largement les besoins en consommation des sénégalais pour la Tabaski", a-t-il ajouté. 
 
Le commissaire aux enquêtes économique rappelle que la gestion du marché de l’oignon et de la pomme de terre, contrairement à celui du riz non parfumé, du gaz, du pain et d’autres produits de consommation, ne relève pas l’administration. 
 
"Ce qui fait que nous agents du ministère du commerce, nous ne saurions réprimer les opérateurs qui vendent au-delà des prix de référence", dit-il. 
 
"Juridiquement, la meilleure formule serait d’inscrire l’oignon et la pomme de terre dans un régime de l’homologation et cela ne peut-être conscrit que par un décret présidentiel. Une fois que ce décret sera sorti, toute majoration ou minoration du prix ne sera validé que par arrêté du ministère du commerce", a-t-il préconisé. 
 
AFD/AMD/BK