Décret sur la grande distribution : l’ASCOSEN expose ses préoccupations
APS
SENEGAL-COMMERCE-REGULATION

Décret sur la grande distribution : l’ASCOSEN expose ses préoccupations

Dakar, 20 juil (APS) - L’Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN) souhaite que le projet de décret sur la régulation de la grande distribution porté par l’Etat sénégalais prenne en compte la gestion de l’urbanisme commercial, la moralisation des pratiques commerciales et le renforcement du contrôle de qualité. 
 
Elle a exprimé cette préoccupation par la voix de son président, Momar Ndao, vendredi, lors d’une rencontre avec le ministre en charge du Commerce, Alioune Sarr. L’objet de la rencontre qui s’est tenue à Dakar, était de "recueillir" les observations et préoccupations de l’ASCOSEN et partager avec lui la méthodologie à suivre dans l’élaboration de ce projet de décret.
 
A cette occasion, M. Ndao a demandé à l’Etat du Sénégal de réguler "la distribution par la gestion de l’urbanisme commercial", et de "revoir les conditions d’implantation des supermarchés et des marchés ainsi que la moralisation des pratiques commerciales".
 
Selon lui, "il faut définir un seuil de vente, gérer la gestion de l’accès aux référencements, interdire les remises rétroactives, protéger la relation entre le fournisseur et le supermarché".
 
Il a aussi suggéré de renforcer le contrôle économique au niveau des boutiques, des supermarchés, des distributeurs et même des étales, et d’accompagner les producteurs locaux.
 
Le ministre du Commerce qui a présidé la rencontre, a rassuré les associations de consommateurs, en promettant que son département, en collaborations avec tous les acteurs concernés, va travailler mardi prochain sur la méthodologie à adopter dans l’élaboration du projet de décret.
 
"C’est la première étape et la prochaine, ce sont les larges concertations que nous allons engager dans trois mois sur la distribution au Sénégal. Elles vont intégrer tous les acteurs des chaînes de valeur qui aboutissent au commerce", a-t-il déclaré.
 
Alioune Sarr a annoncé l’installation d’un comité de pilotage, qui regroupera, entre autres, des représentants des associations de consommateurs, des commerçants et des distributeurs.
 
"Cela nous permettra, dans une démarche inclusive et de développement, de montrer que le gouvernement est à l’écoute des attentes de sa population", a-t-il dit, saluant le "principe de la liberté d’entreprendre constaté au Sénégal".
 
Selon lui, le Sénégalais doit aspirer, en termes d’investissement, à atteindre ce que les autres pays ont pu réaliser. 
 
Le ministre du Commerce indique qu’avec ce projet de décret, une demande d’autorisation sera nécessaire pour l’implantation de tout supermarché d’une superficie supérieure à 300m2. "Le Sénégal n’est pas un pays où l’on fait ce que l’on veut. Cette mesure n’existant pas dans les textes, il va falloir l’intégrer", a-t-il martelé.
 
Il a expliqué que cette régulation devra se traduire par un investissement dans l’infrastructure et l’aménagement d’accès par les grandes surfaces au bénéfice des consommateurs, tout en permettant au petit commerce de proximité de continuer à exister et que l’Etat se trouve dans ce dispositif.
 
Le ministre du Commerce a assuré que le décret en question va prendre en compte l’accompagnement des chaînes de valeur afin que les petites et moyennes entreprises (PME) et les petites et moyennes industries (PMI) ne soient pas pénalisées.
 
Il a promis que les autres questions soulevées par l’association, comme les risques de monopole, les stades de commerce, la législation au travail, l’adaptation des textes, seront prises en charge dans le projet de loi.

SK/ASG/PON