Les hommes d’affaires sénégalais invités à saisir les opportunités de la ZLECAF
APS
SENEGAL-AFRIQUE-CONMERCE

Les hommes d’affaires sénégalais invités à saisir les opportunités de la ZLECAF

Thiès, 8 juin (APS) - La ministre en charge du Commerce, Aminata Assome Diatta, a appelé, lundi, à Thiès, les hommes d’affaires sénégalais à saisir les opportunités de la Zone de libre échange continentale africaine (ZLECAF).

’’La Zlecaf est une opportunité pour le Sénégal, pourvu que le secteur privé se tienne prêt’’, a-t-elle notamment dit lors d’un comité régional de développement spécial consacré à la commercialisation des productions agricoles.

La réunion organisée à la gouvernance de Thiès fait partie des rencontres initiées par son département avec les cadres régionaux de commercialisation, pendants du cadre national de commercialisation des productions agricoles, créé en août 2020, dans le but d’identifier les problèmes et y apporter des solutions.

Réagissant aux inquiétudes de certains participants concernant l’écoulement des productions, suite aux nombreuses initiatives agricoles, Aminata Assome Diatta a noté que face à l’étroitesse du marché national qui ne peut pas absorber toute la production, l’Afrique constitue le débouché le plus proche pour le Sénégal.

Elle a précisé que le Sénégal exporte 46 % (de ses produits) vers le marché africain et importe 16%’’ du continent.

Sur ces 46% d’exportations, les 80% sont destinés à la zone CEDEAO, a-t-elle rappelé.

’’Donc, nous n’avons pas encore suffisamment exploité le marché africain’’, a-t-elle déduit.

La ZLECAF devrait à son avis faciliter au Sénégal la conquête du marché africain.

Relevant que cette conquête, au-delà des avantages, peut avoir des inconvénients, la ministre du Commerce a fait part de la confiance placée dans le savoir-faire des hommes d’affaires sénégalais qui, estime-t-elle, peuvent se retrouver avec des profits qui dépassent leurs attentes.

On a dans la ZLECAF une opportunité qu’on doit saisir’’, a-t-elle insisté .
 
Lors des débats, les associations consuméristes ont déploré le paradoxe de la cherté des produits maraîchers à l’approche des fêtes au moment où l’on se félicite des bonnes productions, notamment de pomme de terre.

La forte présence des produits de l’agrobusiness qui inondent marché et empêchent les petits producteurs d’écouler leur production a été déplorée.

’’Nous avons travaillé avec un expert international, pour régler de façon définitive les problèmes de la commercialisation’’ et prendre en charge les problèmes des producteurs, a assuré Aminata Diatta, non sans souligner que seules des solutions intégrées seront durables.


 

ADI/AKS