Thiès : l’Unacois Jappo remobilise contre Auchan
APS
SENEGAL-COMMERCE-HUMEUR

Thiès : l’Unacois Jappo remobilise contre Auchan

Thiès, 10 oct (APS) - La section de l’Unacois Jappo de Thiès a appelé, mercredi, ses membres et sympathisants à se mobiliser pour prendre part au rassemblement des instances nationales de ladite organisation, prévu mardi prochain à Dakar, dans le cadre de la protestation contre l’implantation des magasins Auchan dans le pays.
 
Mamadou Thiam, secrétaire général régional de la section de l’Union nationale des commerçants et industriels du Sénégal, a notamment invité les membres et sympathisants de cette association au rassemblement prévu mardi prochain à la Place de la nation, pour poursuivre le combat contre l’implantation par la multinationale Auchan, d’une chaîne de magasins dans le pays.
 
Cette action à venir est la ‘’suite logique’’ du premier mouvement de l’organisation qui s’était traduite par une tournée de sensibilisation et de mobilisation dans le pays, a-t-il dit, lors d’un point de presse au siège de l’Unacois à Thiès, en présence président de la section régionale Talla Diagne et d’autres membres.
 
‘’Nous demandons à tous les Sénégalais épris de justice et soucieux de l’indépendance économique du pays, à se rendre à la Place de la nation (ex place de l’Obélisque) le 16 octobre’’, a-t-il dit, 
 
‘’C’est un combat que nous devons mener pour notre survie. Nous allons utiliser tous les moyens légaux dont nous disposons pour (porter) cette lutte qui ne fait que commencer’’, a promis Thiam.
 
Evoquant les dégâts causés par la multinational, surtout en terme de pertes d’emplois, Leïty Sène, secrétaire général du comité de pilotage du mouvement ‘’Auchan, dégage !’’, s’est rabattu, en l’absence d’une étude d’impact au Sénégal, sur des estimations qui font état, selon lui, de ‘’cinq emplois détruits pour un créé’’, en France. 
 
Par extrapolation, il estime que ces chiffres pourraient être triplés au ‘’Sénégal’’.
 
’’Le marché Castor, un des plus grands lieux de commerce de Dakar, est ceinturé par trois magasins de la firme française’’, a-t-il par exemple signalé.
 
Pour lui, dans un contexte où les Français ont ‘’mis la main sur presque tous les secteurs’’, ‘’seul le commerce reste’’ aux nationaux. Ce secteur dit informel est pourvoyeur d’emplois pour nos vieilles dames qui nourrissent leurs familles, financent les études de leurs enfants grâce au petit commerce, mais aussi pour les sortants des ‘’daaras’’ (écoles coraniques) qui ne peuvent faire que du commerce.
 
‘’Après notre indépendance (politique), arrachons notre indépendance économique’’, a martelé Leïty Sène, écartant toute connotation politique de leur mouvement, alors qu’on est à cinq mois de l’élection présidentielle.
 
Les commerçants sénégalais ne sont pas encore préparés à entrer en concurrence avec une multinationale qui existe depuis 1961 et dont le capital fait ‘’3 à 4 fois le budget du Sénégal’’, a dit Mamadou Thiam. 
 
Si cela doit avoir lieu, c’est une ‘’mort programmée de tous les opérateurs économiques du Sénégal’’, pense-t-il. Il a cité à titre d’illustration une enquête de 2018 de l’ANSD révélant que 95% des entreprises du Sénégal sont dans l’informel et quelque 52% sont dans le commerce.
 
Concernant la suggestion faite aux commerçants sénégalais de mettre sur pied une chaîne de grandes surfaces, Mamadou Thiam, a indiqué que l’autorisation a été refusée à l’Unacois en 2005, d’ouvrir ‘’plus de 20.000 magasins-témoins’’ dans l’ensemble du pays.
 
’’Ce qu’ils nous ont refusé, ils l’autorisent à des étrangers’’, s’est-il offusqué, estimant que ce regain d’intérêt pour le Sénégal est lié à la découverte de gaz et de pétrole.
 
Depuis la première alerte lancée au gouvernement sur les pratiques d’Auchan, auquel on reproche de faire du dumping et de s’adonner au micro-détail, il n’y a eu que des ‘’gesticulations’’ de la part du gouvernement. ‘’Auchan s’installe de plus belle’’, a regretté le responsable régional de l’Unacois.
 
Des commerçants sénégalais réclament depuis un certain temps le départ du groupe Auchan, estimant que sa présence représente un frein majeur au développement économique de leur activité.
 
Devant la montée de la polémique, le ministre du Commerce, Alioune Sarr, a appelé, le 20 juillet dernier, les acteurs sénégalais du commerce à faire preuve de responsabilité et à éviter toute prise de position xénophobe dans la controverse autour de l’installation au Sénégal du distributeur français.
 
L’Etat du Sénégal a par ailleurs annoncé un projet de décret pour la régulation de la distribution du Sénégal en collaboration avec tous les acteurs du secteur commercial.

ADI/AKS/OID