Zones économiques spéciales : Khoudia Mbaye réaffirme les ambitions du gouvernement
APS
SENEGAL-ECONOMIE

Zones économiques spéciales : Khoudia Mbaye réaffirme les ambitions du gouvernement

Saly-Portudal (Mbour), 23 fév (APS) - La ministre de la Promotion des investissements, des Partenariats et du Développement des téléservices de l’Etat, Khoudia Mbaye, a réitéré vendredi l’ambition du Sénégal de travailler à développer davantage les zones économiques spéciales (ZES), une perspective qui devrait conduire à la mise en place d’un "hub logistique et industriel régional".

De cette manière, le Sénégal compte "amorcer un processus d’industrialisation" qui permettrait d’"accroitre le potentiel des exportations, de rééquilibrer la balance commerciale de façon durable et de créer massivement des emplois’’, a-t-elle soutenu.
 
"Les ZES constituent un outil stratégique permettant d’atteindre ces objectifs, en attirant l’investissement privé et en renforcant la compétitivité des entreprises", a dit Mme Mbaye, à l’ouverture d’un atelier de deux jours (23-24 février) portant sur la mise à niveau des membres du comité paritaire public-privé des zones économiques spéciales (ZES).
 
A travers ces dernières, "nous entendons construire des espaces aménagés et régis par des lois spécifiques", a souligné la ministre, évoquant "une réelle opportunité économique pour le secteur privé".
 
Le nouvel environnement devant résulter de cette perspective devrait notamment se traduire par des gains de productivité pour les entreprises et la réduction des coûts d’investissement, a indiqué la ministre de la Promotion des investissements, des Partenariats et du Développement des téléservices de l’Etat.
 
"Le benchmark international qui a été fait à travers une étude initiée au sein de mon département, a permis de révéler des expériences réussies en la matière’’, a avancé Khoudia Mbaye, citant la Chine, la Pologne, l’Île Maurice et l’Ethiopie par exemple.
 
Ces pays sont parvenus à "booster leurs exportations, rééquilibrer durablement leurs balances des paiements et résoudre le problème crucial du chômage avec cet instrument de zone économique spéciale", a relevé Mme Mbaye.
 
Le cadre juridique mis en place par le gouvernement sénégalais, inspiré des standards internationaux, a déjà permis la création de trois zones économiques spéciales, le Parc industriel de Diamniadio, la zone économique spéciale intégrée de Diass et la zone industrielle de Sandiara.
 
S’y ajoute que "l’une des innovations majeures" du modèle sénégalais réside selon elle dans la création d’un comité paritaire public-privé (CPPP), organe de régulation, de médiation et de conciliation. Il est chargé "d’émettre des avis, propositions et recommandations et de se prononcer sur les recours dont il est saisi par les acteurs", a poursuivi la ministre.
 
Le comité travaille en étroite collaboration avec l’Agence en charge de la promotion des investissements et des grands travaux (APIX), administrateur des ZES et interlocutrice attitrée des entreprises et des promoteurs développeurs.

Sa composition "montre l’attachement des plus hautes autorités à promouvoir une gouvernance transparente et vertueuse", si l’on en croit Khoudia Mbaye.
 
ADE/BK