Rareté de l’or : des bijoutiers prônent l’ouverture de comptoirs d’achat
APS
SENEGAL-ARTISANAT-PLAIDOYER

Rareté de l’or : des bijoutiers prônent l’ouverture de comptoirs d’achat

Thiès, 22 mars (APS) - L’Association nationale des bijoutiers ‘’Teug table’’ a plaidé, à Ngaye Mékhé, l’ouverture de comptoirs d’achat ou de banques de métal, pour leur permettre de s’approvisionner en or, cette matière première rare, malgré l’exploitation de mines d’or au Sud-est du pays, a appris l’APS de ses membres.

Des bijoutiers membres de l’Association nationale des bijoutiers ‘’Teug table’’ se sont retrouvés le week-end dernier à Ngaye Mékhé, haut-lieu de l’artisanat national, pour plancher sur les difficultés de leur métier.

L’association a déploré le fait que l’or soit ‘’introuvable’’ au Sénégal, malgré l’exploitation de mines d’or depuis plus d’une décennie à Sabodala (Kédougou, Sud-est).

Confrontés à la rareté de l’or, les bijoutiers doivent recourir au marché noir, pour honorer leurs commandes, au risque de s’exposer au délit de recel, pour lequel beaucoup de leurs membres sont en prison, a dit Amadou Thiam, membre de ‘’Teug table’’.

‘’Pour nous épargner cela, il va falloir que l’Etat trouve les voies et moyens pour nous ouvrir des comptoirs d’achat ou au moins des banques de métal, comme cela se fait dans les autres pays’’, a-t-il préconisé. 

‘’D’ici peu de temps, nous irons tous au chômage, parce que nous n’arrivons plus à travailler, nous n’avons plus d’apprentis’’, a-t-il averti.

M. Thiam a appelé à une criminalisation de l’importation de ‘’bijoux de pacotille’’, qui selon lui, a envoyé beaucoup de bijoutiers au chômage. ‘’Aujourd’hui, plus de 50% des bijoutiers ont fermé boutique’’, s’est-il plaint.

Il ne s’explique pas la floraison de cette importation au moment où le chef de l’Etat appelle au consommer local.

Les bijoutiers de ‘’Teug Table’’ ont aussi besoin, selon M. Thiam, de renforcement de leurs capacités, par rapport aux outils de dernière génération, pour être compétitif sur le marché international.

Le bijoutier a déploré le fait que sur 35 milliards de francs CFA annoncés par le Chef de l’Etat au profit de leur secteur, en guise d’aide à la relance de l’économie, frappée par la covid-19, leur ministère de tutelle indique n’avoir reçu que 25 milliards.
 
Sur cette enveloppe, 5 milliards de FCFA ont été distribués aux bijoutiers, a-t-il dit, soulignant l’urgence de soutenir la bijouterie très touchée par la pandémie.

ADI/AKS