L’artisanat a capté dix milliards sur les 47 milliards du FONGIP (responsable)
APS
SENEGAL-ARTISANAT

L’artisanat a capté dix milliards sur les 47 milliards du FONGIP (responsable)

Mbour, 12 mai (APS) – Sur les 47 milliards de francs CFA générés par l’accompagnement du Fonds de garantie des investissements prioritaires (PONGIP) depuis 2014, les dix milliards de francs CFA ont été captés par le secteur de l’artisanat, a révélé vendredi, à Mbour (ouest), Driss Junior Diallo, directeur du développement commercial et du réseau du FONGIP.
 
"Au niveau du Fonds de garantie des investissements prioritaires (PONGIP), l’artisanat constitue une importance capitale et représente le troisième niveau d’activités en termes de résultats", a-t-il indiqué. 
 
M. Diallo intervenait à l’occasion des 72 heures de la fédération départementale des artisans de Mbour (FAM), qui porte sur le thème :"L’artisanat, une économie émergente". Il a déclaré que "l’artisanat est une activité importante dans le tissu économique du Sénégal’’ et occupe une place importante dans le Plan Sénégal émergent (PSE)".
 
Driss Junior Diallo a expliqué aux artisans du département de Mbour comment faire pour pouvoir accéder aux financements à allouer par le FONGIP. Il suffit tout simplement que le groupement ou l’individu présente un "dossier bancable, parce que bien ficelé" pour bénéficier de financement du FONGIP, à travers un accompagnement sous portefeuille, qui est l’un des produits du FONBGIP, a indiqué M. Diallo.
 
"Nous avons eu à l’expérimenter à Mbour, à Ziguinchor, à Tambacounda, à Kaolack, à Fatick, etc. L’accompagnement technique des artisans se fera avec le financement de micro-projets qui n’ont pas besoin forcément de grands montants", a-t-il ajouté.
 
Dans le département de Mbour, la première difficulté des artisans demeure l’absence de formalisation, parce que travaillant dans l’informel total, a signalé Lucien De Souza, l’un des responsables de la FAM, qui soutient qu’"il faut impérativement se formaliser". 
 
"L’Agence de promotion et de développement de l’artisanat (APDA) a diagnostiqué d’une manière exhaustive la situation et a relevé les contraintes mais aussi les opportunités qui s’offrent à ce secteur", a fait observer M. De Souza qui a beaucoup insisté sur la formation des acteurs artisanaux.

ADE/ASB