Vers une stagnation dans les marchés émergents et les économies en développement (rapport)
APS
SENEGAL-ECONOMIE

Vers une stagnation dans les marchés émergents et les économies en développement (rapport)

Dakar, 9 jan (APS) - La Banque mondiale annonce dans ses perspectives de l’économie mondiale en 2019, un rapport qui parait chaque année en janvier et juin, une stagnation de la croissance dans les marchés émergents et les économies en développement. 
 
"Parmi les pays très tributaires des exportations de produits de base, la reprise sera probablement beaucoup plus lente que ce qu’on avait pu espérer. On s’attend en outre à un ralentissement de la croissance dans de nombreuses autres économies", prédit la Banque mondiale dans ce document publié sur son site.
 
Elle signale aussi que l’édition de janvier 2019 des Perspectives pour l’économie mondiale de la Banque mondiale constate "une augmentation de la probabilité d’une croissance encore plus faible que prévu".
 
Tout en annonçant un assombrissement des perspectives de l’économie mondiale, le rapport alerte sur les risques de voir les différends commerciaux latents "dégénérer". "Des niveaux d’endettement élevés accentuent la vulnérabilité de certaines économies — notamment celles des pays les plus pauvres — face à la hausse des taux d’intérêt mondiaux, aux changements d’humeur des investisseurs ou aux fluctuations de taux de change", avertit-il.

 
Il ajoute que la fréquence accrue de certains phénomènes météorologiques renforce "le risque de [...] fluctuations prononcées des prix des denrées alimentaires susceptibles d’aggraver la pauvreté", et cela alors qu’il y un affaiblissement des échanges commerciaux et des investissements internationaux. 
 
"Une croissance équitable étant essentielle à l’atténuation de la pauvreté et à la promotion d’une prospérité partagée, les marchés émergents et les économies en développement doivent faire face à ce contexte économique difficile en prenant des mesures pour préserver la dynamique économique, se tenir prêts à affronter des turbulences et promouvoir une croissance à long terme", préconise la Banque mondiale. 
 
Elle conseille à cet effet de privilégier une stratégie tendant à "reconstruire les budgets, rétablir les mécanismes régulateurs des banques centrales, valoriser le capital humain, promouvoir l’intégration commerciale et résoudre les problèmes posés par des secteurs informels parfois très vastes".

ASG/BK