Plaidoyer pour une implication des citoyens dans la gestion des finances publiques
APS
SENEGAL-GOUVERNANCE

Plaidoyer pour une implication des citoyens dans la gestion des finances publiques


Dakar16, mars (APS) - Des acteurs étatiques, privés, de la société civile et l’Union européenne ont souligné, jeudi à Dakar, l’importance de la mise sur pied de mécanismes permettant de mettre les citoyens au cœur de la gestion des finances publics.


La Direction de la promotion de la bonne gouvernance, l’ONG-3D, le Programme d’accompagnement des initiatives citoyennes de la société civiles (PAISC) et l’UE ont fait ce plaidoyer lors de la restitution de travaux pour "une meilleure appropriation et vulgarisation des outils de suivi budgétaires dans les secteurs de l’hydraulique, de l’assainissement et de l’eau", a constaté l’APS.


"Depuis le nouveau cadre harmonisé des Finances publics au sein de l’UEMOA en 2009, cette directive a été perçue dans les pays membres comme le nôtre comme, une obligation légale dans l’administration publique", a souligné le directeur de la Promotion de la bonne gouvernance, Cheikh Fall Mbaye.


Partant de cette disposition de l’UEMOA, les citoyens doivent être informés sur toute la ligne dans la gestion des finances publiques, a-t-il dit en substance.


"Les citoyens à la fois contribuables, et usagers des services publiques sont appelés à être informés clairement, régulièrement de tout ce qui concerne la gouvernance et la gestion des fonds publics", selon M. Mbaye.


Pour le régisseur du PAISC aussi, Cheikh Tidiane Ly, la société civile doit être impliquée dans la gestion de finances publiques, évoquant "le rôle de veille et de suivi que doivent jouer les citoyens, en général et particulièrement les acteurs de la société civile".


De son côté, le responsable de l’Ong 3D, a invité à faire un inventaire de l’ensemble des pratiques et dispositifs nationaux et internationaux régissant l’intervention de la société civile dans le processus budgétaire.


"Jusque-là, les actions de la société civile en faveur du suivi et de l’analyse budgétaire ont été très dispersées, ce qui limite leur portée et leur efficacité", a relevé Mandiaye Cissé.


Le Premier conseiller de la Délégation de l’Union européenne(UE) a invité les autorités sénégalaises au respect des dispositions du Code de transparence.


Estimant que le déficit en ressources humaines et financières est "une contrainte majeure" chez les pouvoirs publics et la société civile, Clemens Schroeter, a souligné "la nécessité d’aller vers une mutualisation de ressources et de l’expertise".


YB/OID/ASB