Vers un organe de coordination de la Politique nationale Qualité
APS
SENEGAL-ECONOMIE

Vers un organe de coordination de la Politique nationale Qualité

Dakar, 30 janv (APS) – Le gouvernement a été instruit d’engager la réflexion pour la mise en place d’une structure de coordination, d’orientation, de suivi et d’ évaluation de la mise en œuvre de la politique nationale de la qualité, a relevé mardi le Premier ministre.

L’objectif est de mieux coordonner et prendre en compte la transversalité de la dimension qualité dans les politiques publiques, a expliqué Mahammed Boun Abdallah Dionne.
 
Cet organisme paritaire dénommé Conseil supérieur ou Haut conseil de la qualité associant l’administration, le secteur privé et la société civile va bénéficier d’un ancrage institutionnel approprié en étant placé sous la tutelle de la Primature, a précisé M. Dionne.
 
Il présidait le Forum sur l’infrastructure de la qualité de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO).
 
L’organe placé sous la tutelle de la Primature devrait permettre de "s’assurer que ses recommandations et décisions seront mises en œuvre par toutes les structures techniques et parties prenantes", a dit le Premier ministre.
 
Dans la même logique, le chef de l’Etat a également demandé au gouvernement de "renforcer les moyens de l’Association sénégalaise de normalisation (ASN) dans le cadre de la mise en œuvre du plan d’actions de la Politique nationale qualité adoptée en mars 2017".
 
L’objectif de cette politique est "d’asseoir une infrastructure nationale de qualité de niveau international pour soutenir la compétitivité de l’économie sénégalaise et le développement durable à l’horizon 2035".

"La problématique de la qualité se retrouve dans la plupart des objectifs de développement durable", a dit le Directeur du département du Commerce, de l’investissement et de l’innovation de l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI), Bernardo-Calzadilla-Sarmiento.
 
La CEDEAO a mis en place l’infrastructure régionale qualité qui vise à "établir un cadre pour le développement et le fonctionnement des infrastructures de qualité efficaces afin de faciliter le commerce intra régional et international".
 
L’idée est de "protéger le consommateur et l’environnement et promouvoir un développement économique et social durable".

Le Forum organisé sous l’égide du ministère de l’Industrie et de la Petite et moyenne entreprise va réunir jusqu’à jeudi environ 300 participants notamment des représentants de 15 Etats membres de la CEDEAO, de la Mauritanie, du Maroc, de la Tunisie, d’institutions régionales et internationales de la qualité, de partenaires techniques et financiers.
 
Il s’agira de discuter des thématiques autour du développement et la mise en œuvre de la politique qualité, le financement de l’infrastructure de qualité, la promotion de la qualité mais également des enjeux et défis majeurs des principales composantes de l’infrastructure qualité.

ADL/OID/ASB