Ziguinchor : producteurs et experts planchent sur une labellisation du +Madd+
APS
SENEGAL-ECONOMIE

Ziguinchor : producteurs et experts planchent sur une labellisation du +Madd+

Ziguinchor, 17 Juil (APS) – Des experts et des producteurs ont échangé lundi à Ziguinchor sur les opportunités et les enjeux liés à la labellisation du +Madd de la Casamance+, un fruit sauvage particulièrement récolté dans cette partie sud du pays, a constaté l’APS.

 
Au cours d’une réunion d’information et de partage du guide méthodologique d’évaluation de l’indication géographique sur la filière ‘’Madd de la Casamance’’, plusieurs acteurs ont insisté sur la nécessité de créer une dynamique visant à ‘’promouvoir et à protéger les produits de terroirs sénégalais à travers des indications géographiques’’.
 
‘’Une indication géographique est un outil de création et de développement d’une économie rurale. Cela permet à une localité donnée de promouvoir des produits qui lui sont propres. C’est le cas du +Madd de la Casamance+’’, a expliqué Pape Tahirou Kanouté, directeur exécutif de l’ONG ETDS (Economie, territoires, développement et services).
 
‘’Le +Madd+ est un produit emblématique de la Casamance. Nous devons nous donner les moyens de le labelliser, le conserver, le fructifier et le promouvoir partout dans le monde’’, a expliqué M. Kanouté dont la structure travaille avec la FAO, le Réseau international d’indications géographiques (OriGin), l’Université de Florence en Italie et l’Agence nationale de conseil agricole et rural (ANCAR).
 
L’Institut sénégalais de recherches agricoles(ISRA), l’Inspection régionale des eaux et forêts et l’Université Assane Seck de Ziguinchor (UASZ) ont participé à cette rencontre d’échanges visant à ‘’relancer la réflexion sur la filière +Madd+ en Casamance en identifiant les points-clés sur lesquels le processus d’identification géographique pourrait s’appuyer pour un développement socio-économique’’, selon les initiateurs.
 
‘’Le +Madd+ est un produit sauvage qu’il faudrait conserver et fructifier en mettant en place des stratégies de régénération assistée. Il faudrait aussi penser à une politique de domestication avec des itinéraires culturaux qui permettent de conserver ce label de la Casamance qui contribue fortement au développement de l’économie locale’’, a préconisé Ibrahima Badiane, le directeur de l’ANCAR de Ziguinchor.
 
Catherine Teyssier, une experte de la FAO, qui a fait un exposé sur les indications géographiques a estimé que ‘’le +Madd de la Casamance+ peut être protégé comme label d’un produit issu d’une localité donnée pour en faire un grand outil de promotion et une vitrine de la Casamance’’.
 
 
MTN/AKS