Vers la création d’un organe de coordination de la transition vers des paiements électroniques
APS
SENEGAL-ECONOMIE

Vers la création d’un organe de coordination de la transition vers des paiements électroniques

Dakar, 25 mars (APS) - L’Etat du Sénégal compte mettre en place un organe de coordination chargé de piloter la transition des initiatives de paiement en espèces vers des paiements électroniques que ses services seront appelés à faire.

"Un deadline de 4 à 6 mois au plus a été donné au comité de pilotage pour sortir des conclusions et recommandations pour cet organe dont le nom dépendra du Premier ministre mais dans le fond la structure permettra d’encadrer, d’accompagner et d’impulser la numérisation des paiements", a expliqué Khayar Mbodji, directeur de cabinet du ministre en charge du Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC), en charge du pilotage de ce projet.
 
Il présidait lundi à Dakar une rencontre de pré-validation des solutions proposées par une étude inspirée des modèles de cinq pays disposant déjà de cet organe de coordination.
 
L’organe de coordination qui sera créé dans ce cadre dépendra de la présidence ou de la primature pour mieux impliquer les ministères concernés à tous les niveaux.
 
"L’Etat ne peut pas voir des capitaux entrer et sortir du pays sans pouvoir les contrôler, c’est une question de souveraineté nationale avec aujourd’hui les mouvements capitaux énormes", a souligné Khayar Mbodj.
 
A terme, ce processus devrait conduire à la digitalisation de paiements diverses pour les activités privées comme pour celles des différents services de l’Etat, a-t-il précisé.
 
D’où l’option faite par le chef de l’Etat d’engager "une numérisation totale de notre économie", engagement qui s’est traduit par l’adoption, par le Premier ministre, du rapport sur la numérisation des paiements au Sénégal, intitulé "Numérisation des paiements : des gisements de croissance et de développement inclusif", a relevé Khayar Mbodji.
 
Selon M. Mbodj, cette étude a été lancée sous la coordination du ministre délégué auprès du Premier ministre en charge du PUDC, avec l’appui de l’Alliance "Better Than Cash Alliance", pour apprendre de cinq pays africains ayant déployé avec succès des organes nationaux de coordination des efforts de numérisation des paiements.
 
Parmi les principales recommandations du rapport figure la création d’un organe de régulation, a-t-il signalé, ajoutant : "Rien n’est encore arrêté, rien n’est définitif, l’étude est un outil d’aide à la décision".
 
Pour le représentant de l’Afrique francophone à l’organisation onusienne "Better Than Cash", partenaire technique du projet, Jean Pascal Mvondo, si le Sénégal réussit à faire un saut en matière de digitalisation de ses paiements, la contribution serait intéressante au niveau de son économie.
 
Un rapport a montré qu’en passant de 6% à 50% de paiements numériques à l’échelle nationale, le pays bénéficierait d’une contribution additionnelle à l’économie de l’équivalent de 2% de son PIB par an, a-t-il dit.
 
Il relève que c’est "à peu près l’équivalent de l’apport du secteur de la pêche dans l’économie" sénégalaise.
 
Aussi est-il selon lui nécessaire de mettre en place une entité dédiée chargée de coordonner dans ce domaine les efforts de l’Etat, du secteur privé et des partenaires autour des paiements électroniques, pour atteindre l’ impact escompté.
 
 

ADL/BK