Une plateforme de ’’données fiables’’ lancée à Louga
APS
SENEGAL-COLLECTIVITES-DEVELOPPEMENT

Une plateforme de ’’données fiables’’ lancée à Louga

Louga, 23 sept (APS) - La plateforme de l’Observatoire régional de l’économie locale (OREL) lancée, jeudi à Louga, ambitionne de permettre aux acteurs et aux partenaires au développement de disposer de ’’données fiables et actualisées" de la région afin de formuler d’efficaces stratégies de développement économique territorial, a-t-on appris de ses initiateurs.

"Nous nous sommes mis, depuis 2018, à concevoir cet outil avec plusieurs étapes. A l’issue de ce processus, nous avons mis en place une plateforme qui est opérationnelle et déjà en ligne qui si elle est correctement alimentée peut fournir des données fiables et vont permettre aux décideurs de prendre les bonnes décisions", a expliqué le directeur de l’Agence régionale de développement (ARD), Cheikh Gueye.

M. Guèye qui s’exprimait lors de l’atelier de lancement de l’OREL, a rappelé que beaucoup de solutions de développement économique territorial étaient mises en place, mais ne permettaient pas de définir de réelles stratégies, faute de base de données fiables.

"L’objectif est de rendre opérationnel cet outil. Les collectivités ont besoin de visibilité et la plateforme va leur permettre d’être attractives et de recevoir des partenaires pour améliorer leur niveau de développement", a-t-il soutenu, précisant que la plateforme va démarrer "avec un minimum d’indicateurs" et plus tard l’élargir.

"C’est une nouveauté au niveau de Louga et dans les autres régions du pays de mettre en place un observatoire national avec une plateforme numérique. On ne peut rien faire dans le cadre de la territorialité, sans la planification. Et la planification ne peut se faire sans une base de données et cet outil va nous permettre d’avoir des données fiables, actualisées au niveau des communes", s’est félicité le gouverneur de la région, El Hadji Bouya Amar.

Selon lui, "la mise en œuvre de l’initiative a pris un certain nombre de temps à cause de problèmes financier, technique et sanitaire avec le Covid-19".

"Aujourd’hui, le défi est de faire en sorte que l’observatoire puisse fonctionner et pour cela, nous comptons sur les communes pour des contributions annuelles", a-t-il dit, soulignant que cet outil va plus servir aux collectivités qu’à l’Etat.

L’autre ambition, a-t-il poursuivi, est d’avoir une base de données jusqu’au niveau des communes parce que pour organiser des conférences territoriales, il est difficile d’en disposer.

SK/ASB/AKS