UEMOA : les créances intérieures se hissent à 27.030,7 milliards
APS
AFRIQUE-ECONOMIE

UEMOA : les créances intérieures se hissent à 27.030,7 milliards

Dakar, 12 oct (APS) - La Note mensuelle de conjoncture de la BCEAO annonce que les créances intérieures dans l’espace UEMOA ont augmenté en juillet de 1.707,8 milliards ou 6,7%, en rythme annuel, pour s’établir à 27.030,7 milliards.
 
La publication met cette situation en lien avec la hausse des créances sur l’économie et les administrations publiques centrales (APUC). ‘’Le rythme de croissance des créances sur l’économie s’est établi à 8,5% contre 10,2% à la même période de l’année 2017 et 7,1% le mois précédent’’, précise le document.
 
Il explique que pour l’essentiel, leur progression est tirée par ‘’la hausse des crédits bancaires aux entreprises privées non financières (+1.043,1 milliards ou +10,1%) et aux ménages (+532,1 milliards ou +9,3%)’’. 
 
Le document fait aussi état d’une augmentation des prêts aux sociétés publiques, lesquels ‘’se sont accrus de 398,9 milliards ou 48,6%’’. Les prêts aux sociétés financières non bancaires ont ‘’augmenté de 45,3 milliards ou 8,0%’’.
 
‘’Les créances nettes sur l’administration publique centrale ont enregistré une hausse de 1,8% en juillet 2018 contre 13,0% à la même période de 2017. Les émissions de la Côte d’Ivoire et du Sénégal en mars 2018 sur les marchés internationaux des capitaux ont réduit leurs recours au marché financier régional, réduisant le rythme de croissance de l’endettement des Etats vis-à-vis du système bancaire’’, relève la Note de conjoncture de la BCEAO.
 
Elle indique que l’accélération du rythme de progression des créances sur l’économie entre juin et juillet 2018 (8,5% contre 7,1% en juin) est allée de pair avec ‘’celle, plus accentuée, de nouvelles mises en place de crédits, traduisant un niveau de remboursement des concours bancaires moins important que celui du mois de juin 2018’’. 
 
Le rythme de crédits nouvellement mis en place s’est en effet ‘’accéléré, passant de 5,3% en juin à 6,9% en juillet 2018’’. ‘’En variation mensuelle, le volume des crédits bancaires est toutefois ressorti en baisse. Le cumul mensuel, toutes maturités confondues, est estimé à 1.223,8 milliards en juillet 2018, soit un recul de 3,0% par rapport au mois de juin 2018.’’ 
 
Le repli des mises en place de crédit survient dans un contexte de baisse des ressources collectées par les banques. ‘’En effet, les dépôts mobilisés par les banques de l’UEMOA ont reculé de 4,4% à fin juillet 2018, en ressortant à 570,6 milliards contre 596,6 milliards le mois précédent’’, constate la Note de conjoncture de la BCEAO.
 
Elle souligne que la contraction du volume des dépôts bancaires est à mettre sur le compte des assurances et caisses de retraite (-61,5%) et de l’Etat et organismes assimilés (-30,6%). ‘’La hausse des dépôts des sociétés d’Etat et EPIC (+75,8%), des coopératives et groupements villageois (+67,5%), des particuliers (+21,2%) et des entreprises privées du secteur productif (+5,8%) a exercé un effet modérateur.’’


ASG/ESF