UEMOA : Alioune Sarr, porte-parole de ses pairs au 1er examen conjoint des politiques commerciales
APS
SENEGAL-COMMERCE

UEMOA : Alioune Sarr, porte-parole de ses pairs au 1er examen conjoint des politiques commerciales

Dakar, 18 oct (APS) – Le ministre sénégalais du Commerce, Alioune Sarr, sera le porte-parole de ses homologues des pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) auprès de l’Organisation mondiale du Commerce (OMC) pour le premier examen conjoint des politiques commerciales des pays membres de cette organisation.
 
Si avant les pays prenaient part à ce mécanisme individuellement, cette année, les huit pays membres de l’Union le feront ensemble pour la première fois à Genève (Suisse) du 25 au 27 octobre, a informé la directrice du commerce extérieur, Assome Aminata Diatta, lors d’une rencontre d’informations avec la presse, mercredi à Dakar.
 
"Le ministre va intervenir lors de cette réunion au nom de ses pairs pour plus de cohérence, plus de crédibilité, plus de facilité et plus de poids en tant qu’entité sous régionale, puisque les pays de l’UEMOA ont en principe une politique commerciale commune", a-t-elle expliqué.
 
Cet exercice montre la volonté de l’UEMOA d’aller vers la consolidation de son unité en tant que territoire unique tel que prévu par le traité, a assuré la directrice du commerce extérieur. Le rapport qui sera présenté, a été élaboré de manière consensuelle, a-t-elle ajouté.
 
Le Mécanisme d’examen des politiques commerciales est un processus par lequel les politiques commerciales des Etats et celles qui y sont liées sont passées en revue de façon périodique par les membres de l’OMC. Les pays de l’UEMOA passent devant ce mécanisme chaque six ans, a expliqué Mme Diatta, alors que les pays de l’Union européenne passent chaque deux ans.
 
"Le facteur déterminant pour décider de la fréquence des examens pour les membres de l’OMC reste leur part dans le commerce mondial", a-t-elle rappelé. C’est pourquoi le Sénégal est à son 4ème examen des politiques commerciales et à son premier examen conjoint avec les pays de l’UEMOA.
 
Toutefois, a précisé Assome Aminata Diatta, le Mécanisme d’examen des politiques commerciales (MEPC) n’est pas une base pour assurer le respect d’obligations spécifiques découlant des accords ni pour des procédures de règlement de différends, encore moins pour imposer de nouveaux engagements.
 
"C’est juste une revue de nos politiques commerciales pour permettre à chaque pays de s’améliorer et stimule en même temps l’évaluation interne des politiques commerciales des pays membres, en particulier des pays en développement", a-t-elle souligné.
 
Les pays seront interpellés sur la facilitation des échanges entrée en vigueur en février 2017 avec des obligations de notification à des fins de transparence sur un certain nombre de catégories, renseigne la DCES.

ADL/ASG/PON