Passation de marchés publics : les élus des régions de Matam, Louga et Saint-Louis formés
APS
SENEGAL-COLECTIVITE-DEVELOPEMENT

Passation de marchés publics : les élus des régions de Matam, Louga et Saint-Louis formés

Saint-Louis, 2 oct (APS) - Les élus et représentants des 19 collectivités territoriales des régions de Matam, Louga et Saint-Louis ont entamé mercredi une session de formation sur la passation de marchés publics, dans le cadre de la mise en œuvre du programme d’appui aux communes et aux agglomérations du Sénégal (PACASEN), a constaté l’APS.

Selon le secrétaire général de l’agence de développement municipal (ADM), Mamadou Wade, l’objectif de cette session de formation est de doter les élus et participants ‘’des connaissances indispensables à l’exercice de la fonction de passation des marchés publics’’.

A l’issue de cette formation, ajoute-t-il, ils seront mieux outillés pour ‘’l’identification des enjeux liés à la passation des marchés, son importance stratégique et son impact dans l’organisation de leurs communes, afin d’amener les collectivités territoriales à être capables de satisfaire la Condition Minimale Obligatoire n°7 (CMO7)’’.

Il a relevé que dans le cadre de la mise en œuvre des actions de renforcement de capacités relatives à la passation des marchés publics, l’Agence de Régulation des Marchés Publics (ARMP) a été choisie pour dérouler les sessions de formation à l’intention des 123 collectivités territoriales bénéficiaires de l’appui du programme.

Le secrétaire général de l’ADM a rappelé que le PACASEN est un programme national qui a pour objectifs ‘’d’augmenter le financement des collectivités territoriales urbaines et d’améliorer leurs performances dans la gestion des investissements publics locaux’’.

Avec un fonds de 130 milliards de francs CFA, le PACASEN est soutenu par la Banque mondiale (BM) et l’Agence Française de Développement (AFD).

‘’Le programme vise aussi à inciter les collectivités territoriales urbaines à améliorer la planification, la budgétisation et la gestion de leurs investissements par l’application d’un système de subvention, d’investissement conditionnel à deux niveaux, basé sur la performance et des mesures d’accompagnement institutionnel’’, note-t-il.

BD/MD