Saint-Louis : le gouverneur met en avant les potentialités économiques de la région nord
APS
SENEGAL-COLLECTIVITE-DEVELOPPEMENT

Saint-Louis : le gouverneur met en avant les potentialités économiques de la région nord

Saint-Louis, 26 oct (APS) - Le gouverneur de Saint-Louis, Alioune Aïdara Niang a appelé, mercredi, à relativiser la "situation alarmante" décrite le rapport provisoire de diagnostic du territoire national pour l’élaboration du plan national d’aménagement et de développement du territoire (PNADT).

"Il faut relativiser la situation alarmante décrite dans le rapport de l’ANAT, parce que la vallée du fleuve est aujourd’hui devenue une zone phare dans la culture rizicole, pour l’atteinte de l’autosuffisance en riz et la sécurité alimentaire du Sénégal" a souligné le gouverneur de Saint-Louis.
 
Le chef de l’exécutif régional s’exprimait lors du CRD de partage du rapport provisoire de diagnostic du territoire national, pour l’élaboration du plan national d’aménagement et de développement du territoire (PNADT).  
 
Le rapport de l’Agence nationale pour l’aménagement du territoire liste parmi les écueils à l’essor économique de la région nord, la sécheresse et l’irrégularité des pluies dues essentiellement au changement climatique, ainsi que la problématique de la langue de Barbarie qui fait face à l’avancée de la mer.

Il y est également relevé, comme contraintes, la dégradation des sols, la salinisation et l’érosion côtière, la pollution des eaux du lac de Guiers et la colonisation du typha.

Selon le gouverneur, la zone nord bénéficie du programme d’urgence de développement communautaire (PUDC) qui a permis "une transformation positive du visage économique" de la région, en terme d’infrastructures routières pour désenclaver certaines zones rurales, mais également l’accès à l’eau, l’électricité et la santé des populations.
 
 
Dans son exposé, Mamadou Djigo, directeur général de l’ANAT a noté les nombreuses initiatives développées en termes de politiques et programmes et les efforts importants réalisés dans la gestion et la préservation des ressources naturelles dans la région.
 
Il a cité le Lac de Guiers, ainsi que la réserve d’eau douce de 600 millions de m3 sur une superficie de 170 km2, les marigots importants de Djeuss, Gorom et Lampsar).
 
Mamadou Djigo a néanmoins appelé à miser sur le développement de filières porteuses par une valorisation durable des ressources naturelles, le renforcement et la généralisation des actions d’aménagement des forêts.

Il a aussi souhaité la mise en pratique de mesures de rationalisation de l’exploitation des ressources forestières et d’une gestion durable des ressources halieutiques et de restauration des habitats. 
 

BD/PON