PSE : L’AAS veut développer une culture de l’assurance (responsable)
APS
SENEGAL -ECONOMIE

PSE : L’AAS veut développer une culture de l’assurance (responsable)

 Dakar, 5 nov (APS) - L’Association des assureurs du Sénégal (AAS) compte accompagner le Plan Sénégal émergent (PSE) avec des produits adaptés et innovants en vue de développer une culture de l’assurance au Sénégal, a indiqué, lundi, Adama Ndiaye, président du comité scientifique du pool gazier et pétrolier de l’AAS. 



Adama Ndiaye intervenait au cours d’un atelier d’information à l’intention des députés, portant sur le thème : ‘’Assurance et émergence’’.


‘’L’innovation et l’adaptation sont les leviers clés pour notre accompagnement du PSE à travers des produits adaptés et innovants à tous les risques assurables des acteurs du secteur pétrolier et gazier du Sénégal’’, a dit M. Ndiaye.


L’objectif, a- t-il souligné, est de permettre aux compagnies d’assurances de développer ‘’’une relation particulière avec les différentes composantes de la société Sénégalaise, à savoir l’Etat, les institutions financières, la magistrature, les courtiers d’assurance entre autres, en vue d’instaurer et de développer une culture de l’assurance au Sénégal’’.


‘’Nous comptons mettre en œuvre un plan stratégique du secteur des assurances, en relation avec le PSE ainsi, promouvoir une assurance inclusive avec comme perspective, une modification de la perception de l’assurance auprès de populations’’ a fait observer, le président du comité scientifique.


Il a souligné, entre autres, la nécessité d’une gestion vertueuse des retombées du pétrole à travers ‘’un corpus légal et réglementaire, une gouvernance et un encadrement minutieux des processus’’.


‘’Le marché du pétrole et du gaz doit être accompagné par un partenariat avec le secteur des assurances’’ a-t-il ajouté.


M. Ndiaye a également abordé les défis liés à l’exploitation du pétrole et du gaz, soulignant que les lois n’intègrent pas toujours les préoccupations liées à l’assurance.


‘’Le code de la conférence interafricaine des marchés d’assurances (CIMA) instaure des obligations de domiciliation mais, pas toujours des obligations d’assurances’’, a-t-il déploré.


De ce fait, a-t-il poursuivi, ‘’les compagnies pétrolières tirent profit de cette lacune pour externaliser leurs placements’’.


Selon lui, ‘’il faut légiférer, parce que les opérateurs internationaux sont en général réticents à laisser les compagnies internationales s’assurer elles-mêmes’’. 


‘’Nous devons innover, améliorer en prenant ce qui a été fait et l’adapter pour arriver à des actions en cohérence avec notre vision et notre mission ainsi booster le développement’’, a-t-il dit.


L’assurance, a-t-il rappelé, ‘’est par principe, une opération domestique dont, la double finalité de sécurisation des investissements des économies, est un enjeu stratégique dans tous les pays et sur tous les continents’’.


‘’La croissance du marché de l’assurance en synergie avec le secteur bancaire, va booster l’émergence du Sénégal’’, a soutenu le président du comité scientifique du pool gazier et pétrolier de l’AAS.


 

SBS/OID