L’Office chérifien des phosphates veut davantage s’ouvrir au monde
APS
MAROC-MINES-AGRICULTURE

L’Office chérifien des phosphates veut davantage s’ouvrir au monde

De l’envoyée spéciale de l’APS, Sokhna Bator Sall 
 
Khouribga, 23 déc (APS) - L’Office chérifien des phosphates (OCP), basé à Casablanca, la capitale économique marocaine, nourrit l’ambition de contrôler davantage de parts de marché en Afrique et ailleurs dans le monde, une vocation qui s’accompagne de la volonté de cette entreprise de combattre l’insécurité alimentaire par la distribution de ses engrais, a-t-on appris samedi de l’un de ses dirigeants, Abderrahmane Igourzal.
 
Pour étendre ses activités au-delà du Maroc, l’OCP a créé une unité de production d’engrais à vocation africaine, a confié M. Igourzal à des journalistes lors d’une visite de presse des sites de l’entreprise à Jorf Lasfar, dans le centre-ouest du pays, et à Khouribga, une ville située à quelque 120 kilomètres au sud-est de Casablanca.
 
La nouvelle unité de production d’engrais, l’Africa Fertilising Complex, ‘’produit près d’un million de tonnes par an pour l’Afrique. Mais sachant que les besoins sont supérieurs à l’offre, d’autres installations vont venir combler le gap afin qu’on puisse atteindre chaque année trois millions de tonnes’’ destinées aux pays africains, a-t-il expliqué aux journalistes.
 
Selon Abderrahmane Igourzal, conseiller du directeur du site de l’OCP à Jorf Lasfar, la vocation de l’entreprise n’est pas seulement commerciale. ‘’L’OCP considère qu’il a la responsabilité de partager ses richesses dans les meilleures conditions, pour le bien de l’humanité, pour aider à nourrir la planète’’ par la distribution de ses engrais, affirme-t-il, soulignant que l’engrais est ‘’indispensable pour booster la productivité agricole’’.
 
Selon M. Igourzal, l’entreprise marocaine détient 75 % des réserves mondiales de phosphate. Et les réserves actuelles de l’OCP sont tellement importantes qu’il faut 700 ans pour les exploiter toutes, souligne-t-il.
 
‘’Pour le phosphate, nous avons près de 50 % des parts du marché mondial. Pour l’acide phosphorique, nous disposons de 47 % des parts de marché. Pour ce qui est des engrais, ce que nous produisons est estimé à 22 % du volume mondial’’, a détaillé le conseiller de l’OCP.
 
L’entreprise marocaine, reconnue comme l’un des principaux producteurs de phosphate brut, d’acide phosphorique et d’engrais dans le monde, souhaite augmenter de 22 à 40 % ses parts du marché mondial de l’engrais d’ici à 2028, selon Abderrahmane Igourzal.
 
La visite de presse sur les sites de l’OCP a eu lieu en marge de la 21e édition du Festival du cinéma africain de Khouribga (15-22 décembre).

SBS/ESF