Près de 29 milliards de la BAD pour les réformes du développement local
APS
SENEGAL-DEVELOPPEMENT-COLLECTIVITES

Près de 29 milliards de la BAD pour les réformes du développement local

Dakar, 16 sept (APS) - La Banque africaine de développement (BAD) va accorder un prêt de 34,78 millions d’unités de comptes (environ 28,6 milliards de FCFA) au Sénégal, pour le financement du Programme d’appui aux réformes du développement local phase I (PARDL-I).

Ce prêt a été approuvé, jeudi, à Abidjan, par le Conseil d’administration du Groupe de la BAD), selon un communiqué parvenu à l’APS.

‘’Le PARDL-I, précise le texte, est la première phase d’une série de deux opérations constituant un appui budgétaire programmatique qui couvre les exercices budgétaires de 2016 et 2017 avec une enveloppe indicative globale de financement de 44,78 millions d’UC (soit 36,8 milliards de Francs CFA)’’. 

Le PARDL-I, qui ‘’présente le cadre pluriannuel du programme et prévoit une liste de réformes considérées comme des déclencheurs indicatifs pour la seconde phase (PARDL II)’’, est ‘’aligné sur le Plan Sénégal Emergent 2014–2035 et son plan d’action prioritaire (2014-2018)’’.

‘’Ce programme entend, de concert avec les autres partenaires, soutenir les efforts du Sénégal dans la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent +PSE+ afin de créer une dynamique de croissance endogène, intégrée, soutenue visant à réduire les inégalités entre les zones urbaines et rurales’’, souligne le communiqué. 

Les réformes du programme vont aider ‘’au développement de l’économie locale, au désenclavement des zones rurales déshéritées et au renforcement de l’appropriation, ainsi qu’à la responsabilisation des communautés rurales dans la construction et l’entretien des infrastructures socio-économiques locales’’.

Cette opération a été préparée en étroite collaboration avec les partenaires au développement en général et plus particulièrement avec les membres de l’Arrangement Cadre relatif aux appuis budgétaires (ACAB) qui ont tous des opérations d’appuis budgétaires similaires prévues en 2016 et 2017. Les membres de la société civile et les acteurs du secteur privé au Sénégal ont été aussi consulté.

Le PARDL-I est structuré autour de deux composantes complémentaires. La première est le renforcement de la décentralisation à travers l’amélioration du cadre institutionnel et règlementaire de la réforme Acte III de la décentralisation, et le renforcement des mécanismes de financement de la décentralisation. 

‘’L’autre composante est la promotion du développement des infrastructures et de l’entreprenariat local à travers l’amélioration du cadre institutionnel de gestion des infrastructures hydrauliques, d’électricité, et de pistes rurales’’. L’objectif est de ‘’faciliter l’accès des populations à ces infrastructures, et la facilitation pour l’émergence d’un entreprenariat local pour plus d’inclusivité territoriale’’.

ASG