Plus de 359 000 passations de marché prévues par an (DG ARMP)
APS
SENEGAL-ECONOMIE

Plus de 359 000 passations de marché prévues par an (DG ARMP)

Dakar, 20 jan (APS) - Plus de 359.000 dossiers de passation de marchés sont prévus en moyenne chaque année, a révélé vendredi le directeur général de l’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP), Saër Niang, parlant d’un chiffre "énorme" par rapport à la réalité des marchés passés (50 000).
 
 
"On a 359.897 marchés qui sont programmés par an. C’est énorme par rapport à la réalité des marchés qu’on a passés. Ce problème a entraîné une perception que le Code des marchés publics est un corset qui ne permet pas de réaliser des marchés" a-t-il dit.
 
S’exprimant lors de la présentation du rapport annuel 2015 de l’ARMP, il a souligné que "les programmations sont trop exagérées". "Quand on parle de centaines de milliers et qu’on en réalise que 50 000, il y a un problème de programmation et d’identification des besoins" a-t-il fait valoir.
 
Selon lui, les marchés qui sont exécutés, sont "totalement en phase avec les plans d’action et les budgets".
 
"Il y a de sérieux problèmes dans l’élaboration du plan de passation de marché. Elle doit se faire de façon objective et appuyer le plan d’action de l’institution et le budget qui lui est attribué" a-t-il dit.
 
"89% des marchés programmés concernent l’administration. Au niveau des agences et sociétés nationales, il y a un grand effort d’identification des marchés programmés, tandis qu’au niveau de l’administration, on programme énormément" a-t-il soutenu.
 
Selon lui, beaucoup de marché sont inscrits sans que les moyens de les réaliser soient disponibles. Parmi les 359.000 marchés prévus en rythme annuel, les 321.000 concernent l’administration, ce qui fait qu’il y a selon lui un effort à faire à ce niveau là.


"Il faut que les autorités contractantes fassent l’effort d’être plus précis sur la programmation des marchés" a plaidé Saër Niang.
 
Le Directeur général de l’ARMP a expliqué qu’au niveau des "agences et sociétés nationales, il y a moins de problèmes. Mais c’est dans l’administration, qu’il y a un écart important entre le plan de passation de marchés et les marchés réellement déroulés".
 
Toutefois, Saer Niang estime que, de manière générale, il y a "une très nette amélioration" au plan des résultats. "Cette année, pour l’essentiel, il y a très peu de dysfonctionnements qui sont notés (...)" a-t-il ajouté.
 
Abordant la question des prestations intellectuelles, il a révélé que près de 60 000 marchés ont été programmés. Au niveau des travaux, 46000 marchés sont prévus, et pour ce qui concerne les fournitures et services, il était prévu 200.000 et 50 000 marchés.
 
S’agissant du règlement des différends dans les marchés publics, le rapport révèle que 365 décisions ont été rendues par le Comité de règlement de différend (CRD), 129 sont des décisions de suspension et 236 des décisions définitives.
 
Le rapport concerne 90 entités, à l’exception du Fonds souverain d’investissements stratégiques (FONSIS). Elles ont été réparties en quatre groupes et sont passées de 2135 marchés immatriculés à 2847 marchés, d’une valeur totale de plus de 1.200 milliards de francs CFA.
 
Les marchés audités sont au nombre de 2005 et sont évalués à plus de 1.100 milliards de frs CFA.

SK/ASG