Parution d’un livret sur l’exploitation minière et les droits humains
APS
SENEGAL-MINES-EDITION

Parution d’un livret sur l’exploitation minière et les droits humains



Saly-Portudal (Mbour), 18 août (APS) – Le Comité sénégalais des droits de l’homme (CSDH), en partenariat avec l’Observatoire national pour le respect des droits humains dans l’exploitation des ressources minérales, a publié un livret intitulé ‘’Exploitation minière et droits humains’’, a appris l’APS.


Cette publication vise à informer le citoyen ‘’lamda’’, les ONG, les entreprises extractives et les fonctionnaires de l’Etat qui travaillent dans le domaine des mines sur les bonnes pratiques en la matière.


L’ouvrage revient sur des thèmes importants, notamment la décision d’extraire, le consentement libre préalable et éclairé, l’environnement, le travail, le foncier et l’indemnisation.

Il évoque aussi la transparence et la lutte contre la corruption, la responsabilité sociétale d’entreprise et le contenu local ainsi que le développement durable, entre autres thèmes qui ont été analysés à la lumière du Code minier sénégalais.



Selon le secrétaire général du CSDH, Serigne Assane Dramé, qui a coordonné la réalisation de cet ouvrage, sa publication est partie du constat selon lequel il y a un réel besoin de capacitation et de connaissances relatives à la question des droits humains dans le secteur minier.


’’Les Sénégalais ont tendance à cantonner les droits de l’homme dans un bien précis, alors qu’il s’agit d’une question transversale touchant aussi la question minière qui impacte toute une chaîne d’éléments. Avec ce livret, nous avons essayé de recenser l’ensemble des dispositions, aussi bien sur le plan national, sous-régional qu’international, qui légifèrent sur la question de l’exploitation minière’’, a-t-il expliqué.

Ce livret a été présenté jeudi à Saly-Portudal (Mbour, ouest) au cours d’un atelier de renforcement des capacités des parties prenantes pour une exploitation des ressources minérales respectueuse des droits humains. Cette rencontre de deux jours prend fin ce vendredi.


’’Nous savons que le discours juridique est ésotérique et si nous nous mettons à reprendre les dispositions textuellement comme contenues dans les conventions et textes de loi, les populations pourraient ne pas comprendre. C’est pourquoi nous nous sommes dit qu’il faut essayer de diluer ce texte et d’en faire un texte simplifié et très accessible que tout le monde pourra lire’’, a dit M. Dramé.


Par ailleurs coordonnateur de l’Observatoire national pour le respect des droits humains dans l’exploitation des ressources minérales, il a signalé que plus de 3,5 milliards de personnes vivent dans les pays riches en ressources naturelles mais, ‘’malheureusement’’, la majorité de cette population n’en profite pas.


‘’Deux tiers des personnes les plus pauvres de la planète vivent dans des pays riches en ressources naturelles sans voir leur niveau de vie s’améliorer. C’est pourquoi on parle de +malédiction des ressources+ ou de +paradoxe de l’abondance+ ou encore de +syndrome hollandais+. Et la plupart de ces pays se trouvent en Afrique’’, a-t-il déploré.


Selon un constat du CSDH retrouvé dans ce livret de 60 pages, ‘’l’industrie extractive occupe aujourd’hui une place très importante dans le tissu économique des pays africain. Ce qui contraste nettement avec le manque à gagner qui y est noté en termes de fiscalité et de redevance’’, lit-on dans le document.

ADE/OID/ASG