Moustapha Cissé Lô prône un dispositif efficace de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme
APS
AFRIQUE-ECONOMIE-GOUVERNANCE

Moustapha Cissé Lô prône un dispositif efficace de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme



Saly-Portudal (Mbour), 16 août (APS) – La mise en place d’un dispositif efficace contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme peut contribuer à la baisse du taux de criminalité et de corruption, a affirmé mardi le député sénégalais, Moustapha Cissé Lô, président du Parlement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).


Ce dispositif peut également contribuer à l’amélioration de la stabilité des marchés et des institutions financières, ’’apporter des effets positifs sur le développement et la réputation économique de la communauté internationale, le renforcement des techniques de gestion des risques pour les institutions financières ainsi que le relèvement de l’intégrité du marché’’, a t-il dit.


M. Lô prenait part, à Saly-Portudal (Mbour, ouest) au Forum régional des parties prenantes du GIABA sur les questions émergentes de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (LBC/FT) et les incidences pour les Etats membres.


‘’Un programme viable de LCB/FT est un facteur de dissuasion contre les activités criminelles, mais aussi permet aux investissements d’être positionnés dans des productions qui répondent aux besoins des consommateurs et aide à la productivité de l’économie globale’’, a dit Moustapha Cissé Lô.


Pour le président du Parlement de la CEDEAO, un tel programme empêche les criminels de tirer profits de leurs actes. ‘’A cet égard, la saisie et la confiscation des produits du blanchiment d’argent est crucial pour la réussite de tout programme de LBC/FT’’, a t-il soutenu, relevant toutefois que l’ampleur des conséquences néfastes est difficile à mesurer.


M. Lô s’est dit persuadé que la saisie des produits du blanchiment d’argent élimine toute rentabilité, réduisant ainsi l’incitation à commettre des actes criminels. Ainsi, ‘’plus le programme s’élargit, plus les avantages s’agrandissent’’, a-t-il estimé. 


De plus, ‘’le blanchiment d’argent favorise les activités illégales telles que la corruption, le trafic de drogue, la traite illicite et l’exploitation des êtres humains, le trafic d’armes, la contrebande et le terrorisme’’.

Selon le Fonds monétaire international (FMI), le montant des fonds blanchis chaque année au niveau mondial est estimé entre 2 à % du produit intérieur brut (PIB), soit entre 800 millions et deux milliards de dollars, a rapporté Cissé Lô.


ADE/OID/ASG